BFMTV

Bill Condon: "La Belle et la Bête est le film le plus difficile que j'ai eu à réaliser"

Bill Condon, réalisateur du film "Le Belle et la Bête"

Bill Condon, réalisateur du film "Le Belle et la Bête" - BFMTV.com

ENTRETIEN - C'est à Bill Condon que les studios Disney ont confié la mission de réaliser l'adaptation live de La Belle et la Bête, en salles ce 22 mars. Pour BFMTV.com, le réalisateur américain revient sur ce projet ambitieux et sa volonté de ne pas trahir le dessin animé original.

S'il a notamment signé les deux derniers volets de la saga Twilight, Bill Condon a par le passé fait ses preuves dans le domaine des "films musicaux". Scénariste (nommé aux Oscars) de Chicago de son ami Rob Marshall, le réalisateur s'est notamment illustré derrière la caméra avec la comédie musicale Dreamgirls, emmenée Beyoncé, Jamie Foxx et Jennifer Hudson. Le réalisateur des récents Mr. Holmes et Le Cinquième Pouvoir semblait donc être la personne indiquée pour porter à l'écran le classique de Disney, La Belle et Bête.

Lors de son passage à Paris pour la promotion de cette nouvelle adaptation live de Disney, sur les écrans français ce 22 mars, Bill Condon a évoqué pour BFMTV.com son travail sur ce film très attendu, adaptation fidèle et réussie du classique de l'animation de Disney sorti en 1991. Une expérience "merveilleuse", mais qu'il ne renouvellera sans doute pas... Entretien.

Vous avez déclaré en interview que le dessin animé original était "parfait", raison pour laquelle vous hésitiez à réaliser son adaptation live. Pourquoi avez-vous finalement changé d’avis ?

Je n'étais pas sûr qu’il y avait plus de choses à raconter. Il existait déjà une comédie musicale La Belle et la Bête à Broadway, qui bénéficiait déjà d'une incroyable musique d'Alan Menken. Mais finalement, au fil de mes discussions avec lui, il apparaissait de plus en plus clair que même si la bande-originale avait été écrite pour un dessin animé, elle était elle-même inspirée des musiques de film des plus grandes comédies musicales. A partir de là, j'ai envisagé de conduire le dessin animé dans un univers réaliste et nous avons réfléchi à la manière d'explorer de nouvelles choses sur ce terrain. Il existe de nombreuses adaptations - très différentes - de La Belle et la Bête à travers les années, mais là, nous avions finalement la possibilité de proposer quelque chose de nouveau encore une fois.

Quel est le secret pour réussir une adaptation live d'un dessin animé connu de tous?

Avant toute chose, le film d’animation de 1991 est très apprécié par le public et je n'aurais pas osé l'adapter si je ne l’aimais pas autant que lui. J'ai accepté le projet, car je savais pourquoi les gens aimaient tellement ce dessin animé. J'ai capté ça pour l’insérer dans mon film. Par exemple, pour ce qui est de la musique, j'ai su en réécoutant les chansons du dessin animé original qu'il n'y en avait aucune que je voulais mettre de côté. Je voulais prendre soin de ce qui faisait la magie du premier film. J’ai commencé avec ça et évidemment, j’ai voulu par la suite explorer un peu plus l'univers du film, ajouter certains éléments dans certaines scènes… Par exemple, j’adore la première chanson de Gaston. En voyant le film, on a l’impression que la séquence est exactement la même chose que dans le dessin animé, pourtant elle ne l’est pas. L'objectif est de donner aux gens le sentiment d'avoir ce qu’ils connaissent déjà tout en insufflant chez eux une certaine confusion pour qu'ils se demandent si telle ou telle chose est différente ou non.

Justement, redoutez-vous les critiques des fans sur les différences qui existent entre les deux films?

Il y aura forcément des critiques. Mais je suis fier que grâce aux teasers et différentes bande-annonces, les gens aient déjà pu se familiariser avec l’univers du film, savoir par exemple à quoi ressemblent Mme Samovar ou la Bête. Mais les comparaisons seront inévitables. Quand le public découvre ce genre de films, les 15 premières minutes, il ne peut pas s'empêcher de commenter les différences. Mais c’est humain, c’est une réaction normale et à vrai dire, c’est amusant de jouer avec ça, justement! Pour certains passages clefs, on s’est volontairement amusé à glisser quelques surprises. C’est drôle, et c’est aussi ce que les gens attendent!

 "Le public a une relation différente avec La Belle et la Bête"

Pourquoi Emma Watson était l’actrice parfaite pour incarner Belle ?

Belle est une grande figure de l’univers Disney des années 1990, elle est une sorte d'emblème féministe. C'est une femme qui aime apprendre, partir à l’aventure, lire… Et dans la vraie vie, Emma représente de son côté le visage du féminisme du 20e siècle. La première fois que je l'ai rencontrée, elle avait plusieurs livres avec elle. Sur un plateau, entre deux scènes, elle est toujours plonger dans des livres. Elle partage avec Belle cette passion d’apprendre. Elle n'est pas la figure qu'on peut attendre de Belle si on compare à la version de Cocteau, par exemple, mais je pense que grâce à elle, les gens peuvent davantage croire à l'histoire de ce personnage. De par ce qu'elle est et représente, elle peut convaincre les spectateurs les plus sceptiques que Belle peut tomber amoureuse de la Bête.

-
- © -

Diriez-vous que La Belle et la Bête est votre film le plus ambitieux ?

Ambitieux, je ne sais pas, mais difficile, certainement! Parce que c'est un film qui combine à la fois de la comédie musicale et d'énormes effets spéciaux impliquant des créatures qui n’existent pas. C’était un vrai challenge. Le tournage était déjà un énorme travail. Mais la post-production a duré près de deux ans...

Est-ce la nostalgie du public qui explique, selon vous, le succès au box-office des différentes adaptations live lancées récemment par Disney?

Oui, effectivement. Je pense que ça a été le cas pour les films précédents, car les dessins animés comme Le Livre de la Jungle ou Cendrillon sont sortis il y a très longtemps (1967 et 1950, NDLR). De son côté, La Belle et la Bête est sorti "seulement" il y a 25 ans, mais personne ne l’a oublié. Notamment en France où je me souviens avoir vu la comédie musicale au Théâtre Mogador il y a trois ans. Grâce au film et à la comédie musicale, les enfants ont grandi avec La Belle et la Bête, les parents leur ont montré. Je pense que les gens ont une relation différente avec La Belle et la Bête comparé aux précédentes adaptations Disney.

Accepteriez-vous d’en réaliser une nouvelle?

Je ne suis pas sûr! (rires) C’était merveilleux, mais je ne pense pas que j’aurai la chance de vivre une expérience aussi extraordinaire et des moments aussi forts sur un autre projet.