BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Paris: un pompier agressé par une manifestante lors du défilé du 1er-Mai

Un pompier a été pris à partie, ce dimanche après-midi, dans le cortège parisien de la manifestation du 1er-Mai.

En pleine manifestation du 1er-Mai à Paris, ce dimanche après-midi, un pompier a été agressé par une manifestante, au moment où il essayait d'éteindre un feu dans les rues de la capitale. On peut voir la personne essayer de lui arracher sa lance à incendie et lui donner des coups sur la tête, à l'angle de la rue Alexandre Dumas et du boulevard Voltaire.

"Cela suffit! Honte à la sauvagerie, incompréhensible cette nouvelle agression vis-à-vis des sapeurs-pompiers de Paris dans l’exercice de leurs fonctions, protéger les personnes, les biens de la Cité et le bon déroulement de la manifestation", a réagi les Pompiers de Paris sur Twitter.

La préfecture de police a également condamné, dans un tweet, "la scandaleuse attaque dont ont été victimes les pompiers de Paris".

"Un de nos collègues militaires des Pompiers de Paris vient d'être frappé par un manifestant, et empêchant l'unité de secours engagée d'éteindre l'incendie pour protéger les riverains et les biens. Qu'il soit repéré et puni", a demandé le président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, Grégory Allione.

En début de soirée, devant la préfecture de police, Gérald Darmanin a indiqué que la manifestante suspectée d'avoir agressé le pompier a été interpellée, parmi 54 personnes placées en garde à vue.

Tensions et dégradations

La manifestation, qui partait à 14h30 de la place de la République pour se rendre place de la Nation, a été émaillée de tensions et de dégradations. Un "cortège sauvage" s'est notamment détaché de la manifestation, portant vêtements, gants et masques noirs, pour prendre un itinéraire non-déclaré en préfecture, d'après les informations de BFMTV.

Une vingtaine d'enseignes, en majorité des McDonald's, assureurs, agences immobilières ou banques, ont été endommagées alors qu'une voiture a été fracturée.

Sur Twitter, Gérald Darmanin a déploré que "des casseurs viennent perturber les manifestations du 1er mai notamment à Paris, en commettant des violences inacceptables".

Clément Boutin Journaliste BFMTV