BFM Paris

Paris: LR propose de réserver des emplacements aux restaurateurs sur les marchés

Dans une lettre adressée à Anne Hidalgo, trois élues d'opposition appellent la mairie à ouvrir des places aux restaurateurs sur les marchés. Une mesure qui divise les professionnels du secteur.

L'horizon du 20 janvier, date de l'hypothétique réouverture des restaurants, semble lointain pour les patrons des établissements concernés. En attendant, ils devront se contenter des livraisons et du click and collect. La Fédération Les Républicains de Paris, par l'intermédiaire d'un courrier à Anne Hidalgo, a émis mardi le souhait que les restaurateurs puissent avoir accès à des emplacements sur les marchés.

"Nous proposons que la Mairie de Paris offre à ces établissements de restauration des places gratuites sur les marchés de plein vent de leur quartier pour vendre des plats chauds de leur fabrication artisanale pendant les périodes de confinement", écrit la Fédération dans un communiqué signé par Agnès Evren, sa présidente, Rachida Dati, maire du 7e arrondissement, et Catherine Dumas, sénatrice de Paris.

Le click and collect insuffisant

Une demande motivée par la caractère "inutilisable pour beaucoup" de la formule du click and collect. "Tant pour ceux qui sont situés sur des artères commerciales non passantes, que pour ceux des quartiers touristiques et enfin pour ceux installés dans les quartiers de bureaux désertés en raison du télétravail", est-il relevé.

"Certains restaurateurs ne font que 10 à 15% de leur chiffre d'affaires habituel", a ajouté sur BFM Paris Agnès Evren ce jeudi. Vous prenez un restaurateurs rue de la Gaïté: pas de bureaux, pas de théâtre, pas de client. Et bien, il a la possibilité d'aller au marché Edgar Quinet."

Pour la Fédération Les Républicains, "il conviendrait que les concessionnaires de la Mairie de Paris mettent en œuvre cette opportunité dans les meilleurs délais".

Des restaurateurs partagés

Pour que cette solution fonctionne, selon Agnès Evren, "il faut que les restaurateurs soient demandeurs, qu'ils aient la possibilité de le faire". Une condition qui ne semble pas être remplie par tous les professionnels du secteur.

"Pour moi, c'est une très bonne idée, explique au micro de BFM Paris Noël Druais, restaurateur parisien. Par contre ce qui est embêtant, c'est tous les restaurateurs qui n'ont pas de matériel pour exposer leur marchandise. Parce qu'il faut quand même un matériel spécial."

Un problème soulevé également par un autre professionnel, qui explique que "ça engage des frais supplémentaire avec un camion réfrigéré". "Ça va coûter plus cher que la recette!", assure-t-il.

Mais les Républicains à l'origine de cette proposition et les restaurateurs s'accordent sur un point: des potentielles ventes sur les marchés ne permettront pas de rattraper la totalité du chiffre d'affaires perdu par les établissements durant le confinement.

Par Florian Bouhot et Juliette Mitoyen