BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

INFOGRAPHIES. Le nombre de perturbations en forte hausse sur les RER A et B depuis dix ans

RER B (illustration)

RER B (illustration) - AFP

Grâce à des données participatives collectées par un comité d'usagers, BFMTV.com vous propose de visualiser l'évolution des perturbations sur les RER A et B ces dix dernières années.

Quais bondés, rames saturées, trains supprimés... Les usagers des transports en commun franciliens sont confrontés quotidiennement aux difficultés de la SNCF et de la RATP, qu'elles soient causées par des problèmes techniques, des incidents de voyageurs ou la pénurie de conducteurs.

Si les transports sont au bord de la saturation depuis septembre dernier, les perturbations sont en hausse depuis 10 ans sur le RER A et le RER B. Selon des données participatives collectées par courbis.fr, le Comité d'Usagers du RER B en Vallée de Chevreuse (COURB), consultées par BFMTV.com, le RER A a rencontré 495 perturbations majeures en 2022. Un nombre relevé à 612 pour le RER B.

612 perturbations majeures en 2022 sur la ligne B

Dans le détail, les deux lignes sont confrontées à des centaines de perturbations majeures -c'est-à-dire d'une durée supérieure à 15 minutes- en heures de pointe et jours ouvrés, par an, et ce, depuis 2012. À cette date, selon les données recensées par COURB, 220 perturbations majeures ont eu lieu sur le RER B.

Un nombre évoluant année par année, passant de 244 en 2013, 208 en 2014 et seulement 193 en 2015. Toutefois, selon les données, les perturbations sont reparties à la hausse les années suivantes, atteignant les 344 en 2018, les 460 en 2021 et 612 pour l'année passée.

4052 heures d'incidents sur le RER B en 2022

Plus globalement, selon les données participatives de COURB, la durée cumulée de ces incidents a atteint 169 jours en 2022, soit 4052 heures.

En 2015, année avec le moins d'incidents, "seulement" 452 heures de difficultés ont été enregistrées. Toujours selon les données, ce nombre est rapporté à 31 jours en 2017 et 113 jours en 2021.

43 jours de perturbations en 2022 sur la ligne A

Du côté du RER A, les usagers font aussi face à des perturbations majeures en heures de pointe et en jours ouvrés.

Les chiffres sont légèrement inférieurs, en comparaison avec le RER B, mais restent, là aussi, en hausse tous les ans. Toujours selon les données des collectifs d'usagers, à titre d'exemple, il y a eu 273 perturbations majeures en 2019 contre 377 en 2021. Elles ont atteint 495 en 2022.

Plus globalement, COURB a compté 43 jours d'incidents en 2022 sur la ligne, 36 jours en 2021.

La durée cumulée a atteint 77 jours en 2020. Si le nombre de perturbations majeures était un peu moindre en 2020 (351), la résolution des incidents a en effet nécessité plus de temps.

Perturbations: à qui la faute?

Le comité d'usagers a également collecté les raisons de ces perturbations majeures, à savoir si celles-ci ont été causées par des incidents externes comme les conditions météorologiques, des incidents techniques ou par des incidents voyageurs comme des malaises.

Selon les données participatives, le constat est sans appel. En 2022, les opérateurs de transports sont responsables à 79,9% des perturbations majeures. Un chiffre quasiment similaire, 10 ans auparavant, avec 79,1% en 2012.

Les incidents externes ont causé 1% des perturbations en 2022 pour la ligne B, et seulement 0,8% pour le RER A.

Pour le RER A, l'année 2020 est celle avec le plus de perturbations en lien avec les opérateurs, à hauteur de 76,6%. Le chiffre le plus faible concerne l'année 2021 avec seulement 61% de responsabilité pour la SNCF et RATP, contre 37,4% du côté des voyageurs. Tandis qu'en 2022, la responsabilité de la RATP et de la SNCF est mise en cause pour 60,4% des perturbations.

Le RER A reste une ligne plutôt ponctuelle

Toutefois, selon Île-de-France Mobilités, les différentes branches du RER A ont été ponctuelles, du début de l'année à fin novembre 2022, en moyenne à 90%. Un pourcentage évalué à 87,5% pour la branche Cergy-le-Haut. Soit dans les clous du contrat fixé avec l'opérateur de transports, qui impose une ponctualité à 88% pour cette même branche.

Une séance extraordinaire du conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités est organisée ce vendredi. Cette réunion a pour objectif d'auditionner les différents opérateurs de transport sur leur production, ponctualité et qualité de service sur les réseaux franciliens.

Théophile Magoria avec Juliette Vignaud