BFM Paris

Île-de-France: la région vote une motion demandant un plan de sauvetage des transports du quotidien

Valérie Pécresse se "refuse à imposer un impôt Covid-19 sur les Franciliens"

Valérie Pécresse se "refuse à imposer un impôt Covid-19 sur les Franciliens" - Charles Platiau / Pool / AFP

Valérie Pécresse a décidé mercredi de ne plus payer la RATP et la SNCF jusqu'à ce que l'État compense les pertes de recettes dues à la crise du coronavirus.

La region Île-de-Fance, présidée par Valérie Pécresse, a adopté ce vendredi une motion pour réclamer à l'Etat un plan de sauvetage des transports du quotidien, à l'image de ceux adoptés pour les secteurs du transport aérien, de l'automobile et de l'aéronautique.

Île-de-France Mobilités (IDFM), présidée par Valérie Pécresse également, a décidé mercredi de ne plus payer la RATP et la SNCF qui font circuler trains, métros, trams et bus dans la région jusqu'à ce que l'État compense les pertes de recettes dues à la crise du coronavirus.

Valérie Pécresse estime à 2,6 milliards les pertes de recettes en 2020 à cause de la crise du coronavirus: 1,6 milliard de recettes commerciales perdues en raison de la chute de la fréquentation et 1 milliard du versement mobilité (une taxe sur la masse salariale). De son côté, l'Etat a pour l'instant proposé de compenser seulement 425 millions d'euros.

"Se mettre à la table"

Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a invité ce vendredi la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse à "se mettre autour de la table" pour discuter des compensations apportées par l'Etat pour les transports franciliens.

Dans la motion adoptée ce vendredi, les conseillers régionaux soulignent qu'il "serait totalement inconcevable et injuste, à nos yeux, de faire payer cette ardoise liée à la crise sanitaire du COVID-19 par les voyageurs, qui devraient en supporter le coût estimé entre 15 et 20 euros de hausse du Navigo mensuel !".

Des milliers d'emplois menacés

"Une cessation de paiement d'Île-de-France Mobilités, inéluctable sans nouvelle recette votée par l'Etat dès juillet, menacerait des centaines de milliers d'emplois en France que ce soit chez les opérateurs de transports, chez les constructeurs de matériel roulant et leurs sous-traitants, équipementiers, ainsi que dans les entreprises de travaux publics".

Lors de cette séance publique du conseil régional, Vincent Jeanbrun (Libres!), proche de Valérie Pécresse et candidat malheureux jeudi à l'élection du président de la métropole du Grand Paris face à Patrick Ollier (LR), a été élu chef du groupe Libres, Républicains et Indépendants (LRI) au sein du conseil régional.

Il remplace Othman Nasrou, qui devient 1er vice-président de la région, en remplacement du poste laissé vacant par Jérôme Chartier.

F.B. avec AFP