BFM Paris

Carrefour aux quatre sens interdits à Paris: un nouveau panneau installé pour empêcher d'y accéder

A Paris, les quatre voies d'un carrefour sont en sens interdit

A Paris, les quatre voies d'un carrefour sont en sens interdit - BFMTV

Un carrefour de la rue de Rivoli, à Paris, semait depuis presque un an la confusion chez les automobilistes, ses quatre voies étant en sens interdit. La mairie vient de poser un nouveau panneau.

L'intersection provoquait l'incompréhension des automobilistes. En plein centre de Paris, rue de Rivoli, les quatre voies possibles d'un carrefour sont, sauf exception, en sens interdit pour les voitures. En début de semaine sur les réseaux sociaux, un internaute avait fait part de son agacement, dans une vidéo très partagée.

Nos journalistes, qui s'étaient rendus sur place, avaient constaté l'impasse. Sur les quatre voies possibles, trois sont interdites à la circulation, sauf pour les cyclistes. La quatrième est interdite sauf pour les taxis, bus et riverains ainsi que pour les cyclistes.

Problème: les automobilistes n'habitant dans le quartier pouvaient tout à fait tomber sur ce carrefour, rien ne les empêchant d'y accéder via la rue du Pont-Louis-Philippe. "C'est la seule erreur", a reconnu le maire de Paris Centre, Ariel Weil, auprès de nos confrères du Parisien.

Un nouveau panneau posé jeudi

"C’est agaçant. Cela faisait plusieurs semaines que je demandais à nos services d’aller poser un panneau de sens interdit (sauf bus, taxis et riverains) à l’entrée de la rue du Pont-Louis-Philippe, juste après l’intersection avec la rue François-Miron, de façon à ce qu’aucun automobiliste non-riverain ne puisse arriver au carrefour qui fait problème", a-t-il poursuivi.

Le nouveau panneau a été posé ce jeudi, précisent nos confrères. "Cette polémique est une mauvaise querelle ! Depuis au moins 40 ans, les rues de Rivoli, du Pont-Louis-Philippe et Vieille-du-Temple sont en sens interdit. Le seul changement, c’est que depuis un an, la circulation sur l’axe Rivoli a été restreinte aux bus, taxis, livraisons, véhicules d’urgence et riverains, de façon à éliminer le trafic de transit", a justifié Ariel Weil.

Cet aménagement a été mis en place à la sortie du premier confinement, en mai 2020, rappelle Le Parisien.

Fanny Rocher