BFMTV

Tempête Aurore: les comportements à éviter en période de vents violents

Les rafales déferlent ce mercredi sur une partie de la façade Atlantique. Elles devraient d'ailleurs tourbillonner plus tard à l'intérieur des terres. Les autorités listent les comportements à proscrire ou du moins à éviter en pareil cas.

Le phénomène doit durer depuis ce mercredi après-midi et jusqu'au petit matin de ce jeudi et porte un nom: Tempête Aurore. Des vents violents vont ainsi tourmenter certains pans de notre façade Atlantique. Météo France a d'ailleurs placé neuf départements en vigilance orange: le Finistère, le Morbihan, les Côtes d'Armor, mais aussi la Manche, le Calvados, l'Eure, la Seine-Maritime, l'Oise et la Somme. Dans son communiqué de presse transmis ce mercredi en fin de matinée, le préfet maritime de la Manche et la Mer du Nord insiste même sur le caractère "pluvio-orageux" de l'événement à venir.

Cette tempête est de surcroît appelée à se prolonger dans l'intérieur des terres sur la moitié Nord du pays, avant de migrer ver l'Est en "deuxième partie de soirée" comme l'indique l'institut de surveillance météorologique sur son site.

Pour ce qui est des pointes attendues, les rafales s'étalonneront de 100 à 110 kilomètres par heure dans les deux départements bretons ciblés, voire 120 sur les littoraux. La Manche pourrait quant à elle connaître des bourrasques plus amples encore: les coups de vent devraient flasher entre 110 et 120 kilomètres par heure, et monter jusqu'à 130 km/h, "très localement" selon la précision toute en nuances de Météo France.

Vigilance orange aux vents violents dans 9 départements
Vigilance orange aux vents violents dans 9 départements © BFMTV

Gare aux chutes d'arbres et d'objets

Par définition, une vigilance orange n'est pas sans risque pour les biens et les personnes et tout un chacun est invité à adapter son comportement en fonction. Météo France joint d'ailleurs à son alerte un palmarès de conseils de bon sens. Il s'agit tout d'abord de limiter ses déplacements au maximum dans les territoires concernés - c'est-à-dire à leur strict minimum -, de prendre garde aux chutes d'arbre et d'objets, et en conséquence de protéger sa maisons et ses biens. Il est, de plus, formellement déconseillé d'intervenir sur les toits, bien que ceux-ci risquent de sortir endommagés de ce cycle venteux.

Sur son site officiel, le ministère de l'Intérieur est lui plus impératif et spécifique. Si la Place-Beauvau recommande elle aussi la plus grande limitation des déplacements, elle ajoute qu'il faut réduire au maximum la vitesse de son véhicule dans la mesure où on devrait cependant l'utiliser.

Les risques de déportation sur la chaussée et de perturbation du trafic sont en effet nombreux sous les rafales. Il s'agit aussi d'éviter les promenades, comme, plus largement, "toute activité de plein air". Une contre-indication qui embrasse aussi les sorties en mer et les activités nautiques en ce qui concerne les côtes.

Les recommandations de la Place-Beauvau en cas de vigilance orange pour vents violents.
Les recommandations de la Place-Beauvau en cas de vigilance orange pour vents violents. © Ministère de l'Intérieur

Les professionnels de la mer également concernés

Et le précepte ne vise pas que les baigneurs - ainsi invités à se rhabiller ou tout du moins à "consulter avant toute sortie en mer ou sur le littoral la météo, les coefficients et horaires de marée et d'être particulièrement vigilant, notamment sur les plages et l'estran", selon les mots de la Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. Celle-ci s'adresse en effet dans son communiqué aux "professionnels de la mer":

"Compte-tenu de ces conditions météorologiques, le préfet maritime appelle à la plus grande prudence les professionnels de la mer, ainsi que les pêcheurs ou promeneurs circulant sur l'estran si les conditions le permettent."

Il faut dire que les conditions de navigation se trouveront dégradées avec des flots "forts à très forts" et des creux descendant, parfois, jusqu'à "six mètres".

En cas de problème ou péril en mer, l'institution rappelle la nécessité de composer "le n°196 par téléphone, ou canal 16 sur VHF, pour alerter le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (ou CROSS)" .

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV