BFMTV

Pollution aux particules fines: quels sont les effets sur la santé?

L'Ile-de-France est concernée depuis mercredi par un épisode de pollution aux particules fines. Ce pic de pollution a des conséquences directes sur la santé et met en danger les plus fragiles.

Un épisode de pollution aux particules fines est en cours en Ile-de-France. Les conditions météorologiques de ces derniers jours empêchent la dissipation de ces particules, qui sont donc davantage concentrées dans l'air.

Issues du trafic automobile mais aussi du chauffage, ces particules en suspension sont irritantes et leur effet peut être ressenti par tous.

"On a les yeux qui pleurent, qui piquent, on a la gorge qui gratte, on toussote, ce sont des symptômes pas graves, mais gênants pour la population", explique sur BFM Paris Bernard Jomier, médecin, sénateur de Paris et ancien maire-adjoint en charge de la santé à la mairie de Paris. 

Mais outre cette gêne pour les personnes en bonne santé, les personnes les plus fragiles peuvent être plus durement atteintes, en particulier les enfants, les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques. 

"Concrètement une journée comme aujourd'hui, vous allez avoir plus d'enfants qui font des crises d'asthme, des personnes âgées qui vont faire des insuffisances respiratoires, des adultes qui vont faire des accidents cardiaques, des conséquences qui sont graves", résume le Dr Jomier.

Hausse de fréquentation des les hôpitaux

Les particules fines pénètrent en profondeur dans les poumons et peuvent être à l'origine d'inflammations. Durant ces pics de pollution, des patients peuvent voir leur situation s'aggraver, "y compris parfois jusqu'au décès", souligne le médecin.

"Sans aller jusqu'au décès, on constate dans les hôpitaux une hausse de la fréquentation les jours de forts pics de pollution comme aujourd'hui", poursuit Bernard Jomier. 

En cas d'épisode de pollution, les personnes les plus fragiles doivent éviter de s'exposer à la pollution. Plus généralement, les efforts physiques doivent être limités en extérieur. "Quand vous allez faire du sport, vous allez respirer plus vite, consommer plus d'air et donc vous allez inhaler plus de polluants", précise le médecin. 

Au-delà des épisodes de pollution, c'est aussi l'exposition prolongée et quotidienne à la pollution qui fait courir des risques pour la santé à long terme. Au niveau national, Santé publique France estime que la pollution aux particules fines est à l'origine d'au moins 48.000 décès prématurés chaque année. 

Carole Blanchard