BFMTV

Orages violents: 244 mm de pluie en 3h dans le Gard, un "record absolu" pour le département

Ce niveau de précipitations a été relevé dans la commune de Saint-Dionisy, et "jamais, dans le département du Gard, un tel cumul n'avait été relevé", écrit Météo France.

Du jamais-vu. De fortes précipitations sont tombées ce mardi sur le Gard, qui a, durant quelques heures, été placé en vigilance rouge orages et pluie-inondation. Des cumuls importants ont été relevés sur plusieurs zones: un record absolu pour le département a même été battu dans la commune de Saint-Dionisy, à une dizaine de kilomètres de Nîmes, explique Météo France ce mardi.

"On a ainsi relevé 244 mm à Saint-Dionisy en 3 heures, un épisode qui se produit statistiquement moins d’une fois par siècle. Jamais, dans le département du Gard, un tel cumul n'avait été relevé", écrit l'institut de prévisions.

>> Retrouvez les prévisions détaillées dans votre commune sur BFM MÉTÉO

"L’intensité des pluies est historique"

Plus tôt dans l'après-midi, Météo France avait déjà noté les pluies particulièrement fortes sur cette commune. "Les cumuls observés ont atteint 276 mm à Saint-Dionisy en 4h, avec des cumuls sur 5 minutes atteignant 20 mm au plus fort", précisait la branche Sud-Est sur Twitter.

"Ce record absolu pour le département du Gard est également proche du record pour l'ensemble de la France métropolitaine", souligne Météo France: 253 mm étaient tombés en trois heures à Montpellier (Hérault) en 2014. Dans le Gard, le précédent record était de 216 mm en trois heures, le 19 septembre 2020.

Météo France note que, globalement, "l’intensité des pluies qui ont touché le secteur de Nîmes est historique". "Les cumuls observés sur cette courte période et dans cette zone très précise constituent des valeurs tout à fait inhabituelles". Il est ainsi tombé localement plus de 200 mm au sud-ouest de Nîmes, l’équivalent de deux mois de précipitations en quelques heures.

Dans son article, l'institut de prévisions météorologiques précise également que ces épisodes de pluie violents sont amenés à se reproduire en raison du réchauffement climatique, car "dans un climat réchauffé par l’homme, l’atmosphère est plus chargée en vapeur d’eau, les cumuls de pluies associés à ce type d’épisode météorologiquement classiques deviennent ainsi de plus en plus importants, avec des conséquences parfois catastrophiques".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV