BFMTV

Fortes chaleurs: comment rafraîchir son intérieur?

Thermomètre (illustration)

Thermomètre (illustration) - PATRICK SEEGER / DPA / AFP

Les températures seront très élevées sur l'ensemble de l'Hexagone jusqu'au milieu de la semaine, avant la survenue d'une dégradation qui fera redescendre le mercure.

Plus de 30 degrés et un soleil ardent. Les températures seront élevées cette semaine, et ce, jusqu'à mercredi au moins, avec un record qui pourrait être battu ce jour-là. Ce lundi, sept départements du Sud-Est et du Sud-Ouest étaient placés en vigilance jaune canicule par Météo-France.

Face au mercure qui grimpe, des sensations d'inconfort peuvent survenir. Difficultés à s'endormir, fatigue... Pour épargner son organisme, déjà éprouvé par ces températures élevées, il est judicieux de veiller à maintenir son intérieur le plus frais possible, sans forcément recourir à un système de climatisation, coûteux et néfaste pour l'environnement. Quelques conseils pour éviter que l'entreprise ne tourne à la gageure, notamment issus des recommandations de l'Agence de la transition écologique (Ademe).

Aérer la nuit

Cela peut tomber sous le sens, mais cela peut faire la différence: il faut profiter de la tombée de la nuit pour renouveler l'air et faire entrer la fraîcheur, même relative. Même si la température extérieure est encore perceptiblement élevée, le mercure tend malgré tout à diminuer à ces heures-là. C'est également indispensable au plan de la santé pour assainir son intérieur et le purger des pollutions qui peuvent s'accumuler et stagner.

Selon la configuration de son logement et les possibilités offertes, il est aussi recommandé de créer un courant d'air afin de brasser l'air plus rapidement.

Fermer volets et fenêtres le jour

Une fois le jour levé, un impératif: ne pas laisser filer la fraîcheur accumulée au cours de la nuit. À ces fins, un geste: fermer les fenêtres dès que les températures recommencent à grimper.

En particulier celles sur lesquelles le soleil s'oriente directement. Si les ouvertures sont équipées de volets ou stores, ne pas hésiter à les clore également. Un geste qui ne sera guère pratique pour ceux qui restent à domicile ou pratiquent le télétravail, mais qui a prouvé son efficacité.

En amont, l'Ademe recommande également de choisir des stores et volets de couleur claire, comme les tons blancs, jaunes et orange clair, qui "réfléchissent la lumière et absorbent moins la chaleur du rayonnement solaire".

Utiliser un ventilateur

Si l'usage du ventilateur ne permettra pas de faire baisser la température, il permettra toutefois de procurer une sensation de confort aux personnes qui se trouvent dans la pièce.

D'aucuns recommandent aussi cette astuce - connue - qui consiste à placer un linge humide devant l'appareil afin de générer un air plus frais.

Limiter l'usage de certains appareils électriques

Si l'usage d'un ventilateur peut aider à supporter la chaleur, il faut toutefois veiller à limiter l'usage de certains appareils électriques qui rejettent ou produisent de la chaleur.

C'est par exemple le cas des réfrigérateurs, qu'il faut veiller à ne pas ouvrir trop souvent, ou encore des four, plaques de cuisson et autres fers à repasser, indiquait Engie en 2016.

L'organisme recommandait aussi de couper les appareils en veille, tels que les ordinateurs, chargeurs ou encore téléviseurs.

Créer de l'ombre si on détient un extérieur

Pour les heureux détenteurs d'un extérieur, tel qu'un balcon, terrasse ou même jardin, l'Ademe recommande aussi de s'entourer de végétaux, ce qui nécessite d'anticiper l'été et les fortes chaleurs et ne s'improvise guère.

Par leur présence, les plantes, par exemple de petits arbustes, créeront de l'ombre. De surcroît, le fait de les arroser à la tombée de la nuit sera aussi bénéfique pour rafraîchir l'atmosphère à proximité directe de l'habitation.

Ne pas se précipiter sur une climatisation

Si rien n'y fait et que l'air de son intérieur reste irrespirable, l'Ademe ne ferme pas totalement la porte au recours à la climatisation. Toutefois, l'agence gouvernementale exhorte à ne pas choisir un système "dans l'urgence" et à s'équiper d'un matériel le moins gourmand possible en énergie, et qui génère peu de nuisances sonores.

"Une climatisation consomme entre 300 et 500 kWh pour 500 heures de fonctionnement dans une pièce fermée, c'est plus qu'un réfrigérateur pourtant branché toute l'année!", étaye l'agence.
Clarisse Martin Journaliste BFMTV