BFMTV

Ukraine: où se cache le président déchu Viktor Ianoukovitch?

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'ex-chef d'Etat ukrainien, forcé de quitter le pouvoir samedi, tente de fuir son pays. L'homme est officiellement recherché et poursuivi pour "meurtres de masse".

Il est introuvable. Depuis qu'il a quitté son fastueux palais samedi en catimini, Viktor Ianoukovitch, président déchu d'Ukraine, est devenu l'un des hommes les plus recherchés du pays. Il fait désormais l'objet d'un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" de civils, a révélé lundi le ministre de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov. Son propre parti politique, le Parti des régions, l'a lâché, l'estimant coupable "des événements tragiques" en Ukraine et condamnant sa "trahison".

Quelques heures après sa fuite, il a été aperçu à Donetsk, sa ville d'origine, sur le tarmac de l'aéroport. Il était accompagné d'hommes armés, qui ont tenté en vain de corrompre des gardes-frontières pour qu'ils laissent son avion privé décoller sans autorisation. Deux véhicules blindés se sont alors approchés et l'ex-président a quitté les lieux immédiatement. Selon le nouveau président du Parlement, Olexandre Tourtchinov, Viktor Ianoukovitch tentait de s'enfuir en Russie.

Par ailleurs, des images en noir et blanc diffusées dimanche par une télévision d'opposition montreraient comment samedi, quelques heures avant sa destitution officielle, il aurait pris un hélicoptère pour quitter la capitale, Kiev.

Les membres de son clan traqués pour passer en justice

L'ex-président n'est pas le seul homme traqué par les habitants pour répondre des récents événements sanglants dans le pays: l'un des leaders de la contestation politique, l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko, a qualifié les membres de la "Famille", surnom du clan politico-financier de Viktor Ianoukovitch, de "criminels d'Etat" qu'il faut "retrouver de toute urgence".

Ainsi, le procureur général Viktor Pchonka et le ministre des Impôts Olexandre Klimenko, tous deux réputés appartenir à la "Famille", ont connu la même mésaventure à l'aéroport de Donetsk. Ils ont été empêchés par les gardes-frontières de partir "à l'étranger", mais ont réussi à s'échapper lorsque leurs gardes du corps ont ouvert le feu contre les gardes-frontières, selon des sources officielles concordantes.

Samedi, deux membres hauts en couleurs de ce parti, le gouverneur de la région de Kharkiv, Mikhaïlo Dobkine, très dur envers les manifestants, et le maire de la ville Guennadi Kernes avaient en revanche réussi à franchir "en voiture" la frontière russo-ukrainienne, selon les garde-frontières. Ils sont revenus tous deux dimanche. Interrogé pour savoir où se trouve Viktor Ianoukovitch qui avait quitté vendredi Kiev pour Kharkiv, Guennadi Kernes a répondu, défaitiste: "Ianoukovitch c'est du passé. La Révolution l'a emporté en Ukraine."

La rédaction