BFMTV

Syrie : Macron demande à Poutine d'agir lors d'un entretien téléphonique

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le 29 mai 2017 à Versailles

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le 29 mai 2017 à Versailles - -

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone ce vendredi, a indiqué le Kremlin. Le président français appelle son homologue russe à "tout faire" pour "mettre un terme à la dégradation de la situation humanitaire" en Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se sont entretenus ce vendredi au téléphone pour discuter de la situation en Syrie et en Ukraine, a annoncé le Kremlin. Le président français a appelé Vladimir Poutine à agir pour que Damas "mette un terme à la dégradation insoutenable de la situation humanitaire" en Syrie.

Préparer la visite d'Emmanuel Macron

Cet entretien visait notamment à préparer la visite du président français en Russie, où il doit participer au Forum économique de Saint-Pétersbourg (24-26 mai), précise la présidence russe dans un communiqué.

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ont souligné "l'importance de renforcer la coordination russo-française sur les principaux aspects du dossier syrien". Ils ont notamment fait part de leur "intérêt à faire avancer les négociations inclusives inter syriennes à Genève" compte tenu des résultats du Congrès du dialogue national syrien, qui a eu lieu le 30 janvier à Sotchi.

Mettre en oeuvre les accords de Minsk

Les présidents russe et français ont par ailleurs discuté de "la situation en Ukraine en mettant l'accent sur la nécessité de mettre pleinement en oeuvre" les accords de paix de Minsk, visant à mettre fin au conflit opposant les forces de Kiev et les séparatistes pro russes dans l'Est ukrainien, qui a fait plus de 10.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

Signés en février 2015 avec la médiation de Paris, de Berlin et de Moscou, ces accords ont permis une baisse d'intensité des combats sans parvenir à un règlement politique du conflit. Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles pro russes, ce que Moscou dément.

M. F. avec AFP