BFMTV

Si les sondeurs donnent le camp d'une sortie de l'UE gagnant, les bookmakeurs ne croient pas au Brexit

Les Britanniques sont appelés ce jeudi à se prononcer sur le Brexit. Les sondages donnent les deux camps au coude-à-coude, voire une certaine avance pour celui d'une sortie de l'UE. Pourtant, du côté des bookmakers, le maintien l'emporterait.

Remain or Leave? Jour J - ou D-Day - pour le Brexit. Les 46 millions de Britanniques inscrits sur les listes électorales sont invités à se rendre aux urnes ce jeudi pour le référendum historique sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union Européenne. Si pro et anti-Brexit sont au coude à coude dans les sondages, deux nouvelles enquêtes d’opinion donnaient mercredi le camp d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne légèrement en tête des intentions de vote. Mais du côté des bookmakers, les résultats sont tout autres.

Aux élections, aucun sondage n'avait vu juste

Depuis le début de la campagne, parier sur le référendum est devenu presque un sport national au Royaume-Uni. Plus de 13 millions d'euros ont déjà été misés. "Il faut bien que les gens comprennent que les paris ne doivent pas impacter notre futur. Parier, c'est juste pour passer le temps", estime un Britannique pour BFMTV. "Les sondages se sont complètement trompés aux dernières élections, estime un autre. C'est le business de ces gens de savoir ce qu'il va se passer. Mais qui sait, ces gens le savent peut-être réellement? Mais moi pas."

Pour les bookmakers, le Royaume-Uni restera dans l'Union Européenne. C'est même certain à 80%. Si l'affaire est pliée du côté des parieurs, les instituts de sondages, eux, hésitent encore. Pourtant, aux dernières élections législatives, aucune enquête d'opinion n'avait prévu la victoire écrasante de David Cameron, resté Premier ministre.

Premiers résultats partiels dans la nuit

Pourtant, il semblerait que les paris soient bien plus significatifs qu'un simple amusement sans conséquence.

"En fait, les sondages influencent massivement le marché des paris, explique pour BFMTV Tom Mludzinski, de l'institut Comres. Nous avons vu aux élections des mouvements très réguliers sur le marché du pari dès qu’un sondage sortait. Si on sondage annonce que le vote pour le maintien baisse un peu, cela peut favoriser la cote. Du coup, ils commencent à parier car la cote devient intéressante à ce moment-là."

Les bureaux de vote fermeront à 23 heures, de premiers résultats partiels seront connus dans la nuit. Pour être définitivement fixé, il faudra attendre l'annonce officielle vendredi matin. Une attente longue pour le tout premier parieur du Brexit, qui a placé sa mise le 20 janvier 2013.

C.H.A. avec Rym Bey, Julia Delage et David Couloume