BFMTV

Quand Donald Trump prépare des surnoms pour ses adversaires à l'élection présidentielle

Donald Trump - Image d'illustration

Donald Trump - Image d'illustration - Mandel Ngan - AFP

Le président des Etats-Unis est friand des attaques ad hominem envers ses adversaires politiques.

Et si l'on savait enfin à quoi Donald Trump emploie son "executive time", ces plages d'emploi du temps où le locataire de la Maison Blanche n'a pas de rendez-vous officiels? Si la rumeur enflait ces derniers jours quant à sa possible sur-fréquentation des greens de golf, la vérité pourrait bien être toute autre.

Coller une étiquette

Comme le signale en effet le quotidien britannique The Independent, Donald Trump aurait multiplié ces dernières semaines les rendez-vous avec ses proches collaborateurs, dans le but de trouver des surnoms à ses potentiels adversaires à l'élection présidentielle de 2020. 

Les objectifs sont multiples. Dans un premier temps, Donald Trump souhaiterait pouvoir parler de ces hommes et femmes politiques en toute liberté avec ses collaborateurs, sans que leur nom ne soit prononcé. Mais à plus long terme, l'idée serait de coller une étiquette à ces adversaires et à créer des lignes d'attaques qui seront potentiellement reprises lors de la campagne présidentielle.

"Pocahontas" et "bonhomme de neige"

Et Donald Trump est un habitué des faits. Le président, qui a l'attaque verbale facile sur les réseaux sociaux, avait il y a plusieurs mois surnommé Elizabeth Warren "Pocahontas" à cause de ses origines amérindiennes. Plus tard, l'attaque raciste s'était transformée en un féroce déferlement, lorsque Donald Trump s'en était pris à la vie intime de cette dernière. 

L'exemple d'Elizabeth Warren n'est pas isolé. Il y a quelques semaines, Donald Trump avait comparé Amy Klobuchar à un "bonhomme de neige" après que cette dernière a présenté sa candidature un jour de neige, dans l'état du Minnesota.

Considérée comme la principale adversaire du président républicain à l'approche de 2020, Kamala Harris, une proche de Barack Obama, devrait également être visée par des attaques. Selon les sources du média britannique, sa présence accrue dans des émissions de talk-show pourrait être un angle d'attaque utilisé. 

Hugo Septier