BFMTV

Déçu par sa photo sur un avis de recherche, il se plaint sur Facebook

Recherché par la police australienne, il se plait sur Facebook de la qualité de la photo utilisée sur son avis de recherche.

Recherché par la police australienne, il se plait sur Facebook de la qualité de la photo utilisée sur son avis de recherche. - Capture d'écran - Facebook

Un Australien, soupçonné d'avoir participé à un trafic de drogues, est activement recherché par la police de Victoria, qui a lancé un appel, notamment sur les réseaux sociaux. Ce dont elle ne se doutait pas, c'est qu'elle allait être interpellée par le suspect lui-même. A cause de sa photo.

C'est ce qui s'appelle être culotté. Daniel Damon, 25 ans, est un Australien soupçonné d'avoir pris part à un trafic de drogues. Et il est donc activement recherché par les forces de l'ordre locales, en l'occurrence la police de Victoria.

Jusqu'ici, rien de très anormal. Mais l'histoire, notamment relayée par The Independent, prend une drôle de tournure quand les enquêteurs décident de lancer un avis de recherche, et de le publier sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook.

Il commente son propre avis de recherche 

Un peu moins de 20 minutes après avoir diffusé le portrait du fugitif, ce dernier est lui-même venu commenter la publication de la police pour faire part d'une demande pour le moins particulière:

"Pouvez-vous utiliser une meilleure photo?", a-t-il écrit. "C'est une photo d'identité horrible."

Face à cette provocation, les policiers l'ont invité, non sans une pointe d'humour, à se rendre au commissariat "le plus proche" où "ils se débrouilleront pour prendre une nouvelle photo".

Un suspect toujours dans la nature

Cette proposition, Daniel Damon ne l'a pas écoutée. Aux dernières nouvelles, il n'a toujours pas été appréhendé par les forces de l'ordre. Mais selon ses propres mots, toujours par le biais de Face, il aurait l'intention de se rendre à la police quand il aura "mis plusieurs choses en ordre" et qu'il aura "trouvé un avocat pour s'organiser".

Jé. M.