BFMTV

Noël sous la menace terroriste dans le monde entier

La police allemande patrouille sur le marché de Noël d'Oberhausen ce 23 décembre.

La police allemande patrouille sur le marché de Noël d'Oberhausen ce 23 décembre. - Bernd Thissen - DPA - AFP

Après l'attaque au camion de Berlin, plusieurs projets d'attentats terroristes prévus pour Noël ont été déjoués, en Allemagne comme en Australie. Des tentatives qui font écho à l'actualité française récente. Les fêtes de Noël sont une cible pour les jihadistes.

Un peu partout dans le monde, Noël sera cette année fêté au milieu d’une foule de précautions et sous l’œil des forces de l’ordre. La célébration chrétienne de Noël est la cible de projets d’attentats terroristes. A Berlin, le jihadiste Anis Amri a tué douze personnes lors d’une attaque au camion-bélier sur le marché de Noël de la Breitscheidplatz.

Un projet d'attentat déjoué en Allemagne

Alors qu’on ignorait encore où Anis Amri se trouvait après l'attentat, les policiers allemands ont arrêté deux hommes soupçonnés de préparer un attentat.

Deux Kosovars, deux frères âgés de 28 et 31 ans, ont ainsi été interpellés parce qu’ils sont soupçonnés d’avoir planifié un attentat imminent contre le plus grand centre commercial du pays, le "Centro" d’Oberhausen près d’une ville importante de l’ouest allemand, Essen. Les 250 boutiques du complexe sont particulièrement fréquentées pendant la période de Noël. La menace a d’ailleurs été prise très au sérieux par les autorités. Dans la soirée de ce jeudi, la police s’était déployée dans les environs du centre et autour d’un marché de Noël attenant.

L'Australie visée elle aussi

A plusieurs milliers de kilomètres de là, une autre opération antiterroriste s’est également vue couronnée de succès. Là aussi, les forces de l’ordre ont réussi à mettre en échec un projet d'attentat. Dans la nuit de jeudi à ce vendredi, à nouveau, une opération menée deux semaines plus tôt et baptisée "Kastelhom", mobilisant 400 policiers, a abouti à l’arrestation de sept personnes à Melbourne, en Australie. Cinq d’entre elles sont toujours détenues. Parmi, ces suspects, âgés de 21 à 26 ans, quatre sont nés en Australie tandis que le dernier, né en Egypte, disposait également de la nationalité australienne.

Selon les enquêteurs, il était question pour eux de s’en prendre, le jour de Noël, à la gare de Flinders street, sur la place de la Fédération, à la cathédrale Saint-Paul. Les forces de l’ordre nourrissaient une dernière inquiétude concernant un match de cricket entre l’Australie et le Pakistan qui se tiendra dans la même ville lundi prochain devant 100.000 personnes.

Graham Ashton, le chef de la police de Melbourne, a déclaré à la presse: "Nous considérons qu’ils se sont certainement autoradicalisés, inspirés par l’organisation Etat islamique." L’officier a également assuré: "Nous pensons qu’il y avait l’intention de mener ce que nous appelons une attaque à modes multiples. L’attaque devait comprendre une explosion, l’utilisation d’explosifs, et nous avons des preuves."

Sécurité renforcée à Buckingham Palace

Ce mercredi outre-Manche, peu après l’attentat de Berlin, un plan de trois mois, et prévu de longue date, a été mis en place en avance par les institutions et la police londonienne. La sécurité de Buckingham Palace a ainsi été renforcée, avec une attention particulière pour le rituel de la relève de la Garde. Cette parade solennelle et spectaculaire, durant 40 minutes, attire toujours beaucoup de curieux. En conséquence, les routes avoisinantes sont désormais fermées à la circulation entre 10h45 et 12h30. Des barrières de sécurité supplémentaires ont aussi été dressées sur place.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a aussi annoncé être en train de revoir ses plans de sécurité avec la police. Cette dernière a évoqué la préparation de protocoles détaillés pour conforter la sûreté des touristes et des Britanniques durant les fêtes de fin d'année sur l’ensemble du territoire. A noter que si les forces de l’ordre maintiennent plus que jamais le niveau d’alerte à "sévère", le relèvement de celui-ci n’est pas d’actualité et que la police ne fait pas état de menace terroriste plus précise.

Des emblèmes de Noël comme cibles potentielles

Un autre projet d'attentat a été déjoué en France, avec la mise en examen de six personnes, interpellées à Strasbourg pour cinq d’entre elles et à Marseille pour un dernier suspect, dans le cadre d’un vaste coup de filet antiterroriste, le montre. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu à passer à l’action le 1er décembre en frappant à Paris.

De nombreuses cibles avaient été visiblement envisagées comme le siège de la Direction générale de la sécurité interieure (DGSI), le 36, quai des Orfèvres (le saint des saints de la police parisienne), des lieux de cultes. Or, deux autres cibles potentielles étaient aussi liées à Noël: le parc Disneyland Paris, très fréquenté en fin d’année, et le marché de Noël des Champs-Elysées.

Actuellement, les messes de Noël de Paris et sa petite couronne mobilisent l’attention policière. 240 offices seront ainsi surveillés par les agents dans la région. A Strasbourg, la messe de minuit, dite dans la cathédrale, sera également placée sous haute surveillance.

R.V.