BFMTV

Nikki Haley dénonce des rumeurs "répugnantes" sur une liaison avec Trump

Nikki Haley, l'ambassadrice américaine à l'ONU, le 18 décembre 2017.

Nikki Haley, l'ambassadrice américaine à l'ONU, le 18 décembre 2017. - KENA BETANCUR / AFP

Ce vendredi, dans un podcast pour le site Politico, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a voulu faire taire une rumeur lui prêtant une liaison avec le président de son pays.

L'ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies Nikki Haley a qualifié de "répugnantes" et "très agressives" les rumeurs selon lesquelles elle avait une liaison avec le président américain Donald Trump. La rumeur est née de l'auteur Michael Wolff qui a sorti le livre polémique sur Donald Trump Le Feu et la fureur. Il a suggéré dans une interview que le président entretenait une liaison avec une personne et que cette personne faisait l'objet de passages détaillés dans son livre.

Elle se dit victime de sexisme 

Dans Le Feu et la fureur, Michael Wolff a écrit que Nikki Haley, la femme la plus haut placée dans l'administration Trump, se positionnait pour succéder à Donald Trump à la tête des Etats-Unis. Nikki Haley a affirmé que les rumeurs n'étaient "absolument pas vraies" dans un podcast jeudi pour le site Politico. "C'est très agressif et c'est répugnant", a-t-elle ajouté, revenant par ailleurs sur les allégations de Michael Wolff selon lesquelles elle avait passé beaucoup de temps en privé avec Donald Trump dans l'avion présidentiel Air Force One et dans le Bureau ovale. "Je ne suis montée dans Air Force One qu'une seule fois et il y avait plusieurs personnes dans la pièce lorsque j'y étais", a-t-elle affirmé.

Michael Wolff "a dit que j'avais beaucoup parlé avec le président de mon avenir politique dans le Bureau ovale. Je n'ai jamais parlé avec le président de mon avenir et je ne suis jamais seule avec lui", a encore affirmé l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud.

Elle se dit victime de sexisme de la part d'"un petit groupe d'hommes" mal à l'aise devant la détermination des femmes.

R.V. avec AFP