BFMTV

"Une épouse doit s'excuser si son mari est en colère": un guide pour jeunes mariés choque en Turquie

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

Ne pas aller au théâtre, frapper celles qui ne s'habillent pas selon la volonté de leurs époux, obliger une femme à s'excuser si son mari est en colère contre elle: les recommandations d'un guide offert aux jeunes mariés dans une ville de l'ouest de la Turquie suscitent la controverse.

"Une épouse doit rester silencieuse et s'excuser si son mari est en colère contre elle". Voici l'un des conseils délivrés dans un guide de 394 pages offert aux jeunes mariés dans la municipalité de Kütahya, une ville de l'ouest de la Turquie, rapporte la BBC.

Frapper celles qui "ne s'habillent pas comme leurs maris le souhaitent"

Autre point de vue défendu par l'ouvrage intitulé Mariage et vie de famille: la polygamie, une manière de "promouvoir la compétition" entre les femmes et d'éviter que ces dernières n'attirent l'attention d'autres hommes. Le livre recommande également de frapper les épouses qui "ne s'habillent pas comme leurs maris le souhaitent", d'éviter de se rendre dans les théâtres qui sont des "repaires de démons", mais aussi de se taire durant les relations sexuelles pour ne pas que le futur enfant bégaie.

La leader de l'opposition locale a dénoncé un livre qui "représente les femmes comme des citoyennes de seconde zone et les définit comme des esclaves sexuelles". Une élue du Parlement turc, membre d'un parti laïc, a remarqué que le manuel était un copier-coller d'un guide similaire édité par la ville touristique de Pamukkale, intitulé quant à lui Mariage et vie privée, et disponible à la librairie parlementaire. Elle a appelé à des poursuites contre ces deux maires - membres de l'AKP, le parti du président Recep Tayyip Erdogan - qui enfreignent la loi.

Une publication "primitive et non scientifique"

Ce dernier est connu pour ses positions conservatrices et s'est régulièrement illustré par ses sorties polémiques sur les femmes. Recep Tayyip Erdogan avait ainsi déclaré, lors de la Journée internationale des droits des femmes, qu'elles étaient avant tout des mères. Il avait également assuré que les féministes n'avaient "rien à faire avec notre religion et notre civilisation" et que l'égalité homme-femme était "contre nature". "Aucune famille musulmane" ne peut accepter la contraception et le planning familial, avait aussi affirmé l'homme fort de la Turquie.

L'affaire a fait réagir jusqu'aux plus hautes autorités: le ministre de l'Éducation a qualifié cette publication de "primitive et non scientifique". Mais le maire de Kütahya ne voit pas en quoi sa publication pose problème. "Nous le donnons aux jeunes mariés depuis 2014 et nous n'avons jamais eu aucune plainte", s'est-il défendu.

Céline Hussonnois-Alaya