BFMTV

Turquie: Erdogan convaincu que l'opposition veut "terroriser la rue"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le 13 mars 2014.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le 13 mars 2014. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour le Premier ministre turc, très contesté, les manifestants sont des "charlatans" qui ne sont "pas honnêtes".

"Ils tentent d'obtenir un résultat en provoquant et en terrorisant la rue". Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé jeudi l'opposition, les médias et le monde des affaires de "terroriser la rue" avant les élections municipales du 30 mars, au lendemain d'une journée de manifestations ponctuées d'affrontements.

Dans la matinée, lors de l'inauguration d'une nouvelle rame de métro à Ankara, Recep Tayyip Erdogan a également mis en cause des manifestants accusés d'avoir détruit mercredi une permanence de son Parti de la justice et du développement (AKP) à Istanbul.

"Vous étiez censés être des démocrates, des partisans des libertés!", leur a-t-il lancé. "Ce sont des charlatans, ils ne sont pas honnêtes, ils n'ont rien à voir avec la démocratie (...) ils ne croient pas aux urnes. Mais je suis sûr que nos frères à Ankara et en Turquie donneront la réponse nécessaire le 30 mars", a ajouté le chef du gouvernement.

"Tayyip, assassin": les cris des manifestants

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé mercredi dans les rues d'Istanbul aux cris de "Tayyip, assassin" dans les rues d'Istanbul, à l'occasion des funérailles d'un jeune de 15 ans décédé après 269 jours de coma des suites de blessures infligées par la police lors de la vague de contestation de juin dernier.

De violents incidents ont éclaté en fin de journée entre la police et des manifestants, non seulement à Istanbul mais aussi à Ankara et dans plusieurs autres villes du pays.

A. D. avec AFP