BFMTV

Nouvel An sanglant à Istanbul: 39 tués dans une boîte de nuit, dont 16 étrangers

Un homme armé déguisé en père Noël a mitraillé la foule célébrant le nouvel an dans une boîte de nuit huppée d'Istanbul, faisant 39 morts dont 16 étrangers.

Le nouvel an a été sanglant à Istanbul. Un homme a tiré sur la foule dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier dans une boîte de nuit huppée de la ville. Le bilan est très lourd: 39 personnes ont été tuées, dont 16 étrangers.

L'assaillant qui a semé la mort dans la discothèque branchée Reina, située au bord du Bosphore, est toujours recherché par les autorités, a indiqué dimanche matin le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu qui a évoqué une "attaque terroriste". "Les recherches pour retrouver le terroriste sont toujours en cours. J'espère qu'il va être rapidement capturé", a affirmé Süleyman Soylu.

Selon lui, 20 victimes ont d'ores et déjà été identifiées et parmi elles figurent 16 étrangers et cinq Turcs. Süleyman Soylu avait dans un premier temps évoqué 21 victimes identifiées. l'attaque a aussi fait 65 blessés, dont quatre grièvement atteints, a-t-il indiqué. Parmi les blessés figurent trois Français, annonce Jean-Marc Ayrault dimanche.

17.000 policiers déployés dans Istanbul

L'assaillant a ouvert le feu sur la foule à 01h15 dimanche dans la discothèque où 700 à 800 personnes fêtaient le passage à l'année 2017. Nombre d'entre elles ont plongé dans les eaux glacées du Bosphore pour échapper à la mort, selon les médias turcs. Le tireur a abattu un policier et un civil qui se trouvaient devant cette boite de nuit prisée des touristes étrangers, avant de s'engouffrer à l'intérieur et de commettre un carnage, a précisé le gouverneur de la ville Vasip Sahin.

Cette attaque marque un début d'année 2017 sanglant pour la Turquie, déjà secouée en 2016 par plusieurs attentats meurtriers attribués soit aux jihadistes du groupe Daesh soit à la rébellion kurde.

Les autorités avaient annoncé avoir déployé 17.000 policiers dans Istanbul afin d'encadrer les festivités du Nouvel An. Elles avaient par ailleurs précisé que des policiers seraient déguisés en père Noël pour détecter la moindre anomalie au sein des foules.

Erdogan dénonce un attentat visant à "semer le chaos"

Dans un communiqué, la Maison Blanche a condamné "l'horrible" attaque de la discothèque. "De telles atrocités perpétrées sur des innocents venus pour la plupart célébrer le Nouvel An souligne la sauvagerie des assaillants", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Ce dimanche 1er janvier, le président Recep Tayyip Erdogan a dénoncé dans un communiqué "une attaque haineuse" visant à "semer le chaos dans le pays". 

François Hollande a également condamné "avec force et indignation l'acte terroriste". "La France exprime sa solidarité avec la Turquie dans cette épreuve et poursuivra impitoyablement la lutte contre ce fléau avec ses alliés", poursuit le chef de l'Etat dans son communiqué.

A. K. avec AFP