BFMTV

La Turquie envoie des F-16 bombarder Daesh en Syrie

F-16 au décollage. (Illustration)

F-16 au décollage. (Illustration) - DELIL SOULEIMAN - AFP

L'armée de l'air turque a bombardé des positions de l'Etat islamique en Syrie, tôt ce vendredi matin, tout en menant un coup de filet antiterroriste à Istanbul, à la fois contre des jihadistes présumés et des rebelles du PKK. Une coopération renforcée avec l'armée américaine est aussi actée.

En riposte à un accrochage survenu jeudi entre des jihadistes et des militaires d'un poste avancé de l'armée turque à la frontière syrienne, la Turquie a bombardé, dans la nuit de jeudi à vendredi, des positions de l'Etat islamique en Syrie. Cet incident, qui a fait un mort et deux blessés côté turc, est le plus grave survenu entre les forces de sécurité turques et l'Etat islamique (EI) depuis que le mouvement radical a pris le contrôle de larges parties du territoire syrien, il y a un an. A Istanbul, un vaste coup de filet policier a également été lancée, contre des militants présumés et des membres du PKK, conduisant à l'arrestation de 251 personnes.

Ces opérations interviennent dans un climat de tension extrême, quatre jours après l'attentat suicide, attribué par le gouvernement islamo-conservateur turc au mouvement jihadiste, et qui a visé des militants prokurdes à Suruç, près de la frontière syrienne, faisant 32 morts et une centaine de blessés.

> Raids sur des positions de l'EI en Syrie

Tôt vendredi matin, trois chasseurs F-16 de l'armée de l'air turque ont bombardé plusieurs positions de l'Etat islamique (EI) en territoire syrien.

Les avions turcs ont frappé vendredi entre 3h40 et 3h53 locales (0h40 et 0h53 GMT) "deux quartiers généraux et un point de ralliement" des combattants de l'EI avec des missiles avant de regagner leur base de Diyarbakir (sud-est)", ajoute le communiqué publié par les services d'Ahmet Davutoglu. Selon l'agence de presse Dogan, les cibles étaient localisées autour du village de Havar, face à la province turque de Kilis (sud). "La République de Turquie est déterminée à prendre toutes les précautions pour défendre la sécurité nationale", est-il assuré dans le communiqué, précisant que ces frappes avaient été décidées lors d'une réunion de sécurité qui s'est tenue jeudi soir autour du chef du gouvernement.

> Ouverture de bases aériennes à l'armée américaine

Parallèlement, Ankara a accepté d'étendre sa coopération avec les Etats-Unis contre les jihadistes de l'EI, en autorisant notamment Washington à utiliser plusieurs de ses bases aériennes, dont celle d'Incirlik, dans le sud du pays, selon des responsables américains jeudi. "L'accès aux bases turques comme la base aérienne d'Incirlik augmentera l'efficacité opérationnelle de la coalition" militaire qui combat le groupe Etat islamique, a déclaré un responsable militaire américain sous couvert d'anonymat.

Washington demandait depuis plusieurs mois à Ankara le droit d'utiliser cette base. Cet accord conclut plusieurs mois de négociations et intervient au lendemain d'un entretien téléphonique entre le président américain Barack Obama et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

> Vaste opération de police à Istanbul

Sur le plan intérieur, la police turque a lancé vendredi à l'aube à Istanbul une opération visant une centaine d'adresses contre des militants présumés du groupe Etat islamique et des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a rapporté la presse turque.

Ce vaste raid de la police antiterroriste, en cours dans plusieurs districts de la plus grande ville de Turquie, est mené par près de 5.000 agents appuyés par des hélicoptères, selon l'agence de presse Dogan. Le PKK a de son côté revendiqué l'exécution mercredi de deux policiers, accusés d'avoir coopéré avec l'EI, en représailles à l'attentat de Suruç. Le gouvernement turc a engagé en 2012 des discussions avec le PKK pour tenter de mettre un terme à la rébellion, qui a fait quelque 40.000 victimes depuis 1984. Un fragile cessez-le-feu est en cours depuis plus de deux ans mais les négociations n'ont pour l'heure abouti à aucun accord.

D. N. avec AFP