BFMTV

Turquie: la photo-choc d'un conseiller d'Erdogan qui frappe un manifestant

Un proche conseiller du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a été pris en flagrant délit de violence à l'égard d'un manifestant.

Un proche conseiller du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a été pris en flagrant délit de violence à l'égard d'un manifestant. - -

Alors que la colère gronde en Turquie, contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, après l'accident minier qui a fait plus de 280 morts, un proche conseiller du Premier ministre a été vu -et photographié- en train de passer à tabac un manifestant.

L'image est d'une violence incroyable et ne laisse pas de place au doute. Mercredi, lors du déplacement du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, sur les lieux de l'accident minier qui a fait 282 morts selon un dernier bilan, à Soma, dans l'Est de la Turquie, un de ses proches conseillers s'en est directement pris à un manifestant venu exprimer sa colère contre le pouvoir islamo-conservateur, accusé de négligence dans cette catastrophe industrielle, la plus grave qu'ait connu le pays.

Coup de pied

Sur une photo diffusée par le compte Twitter @ReportTurk, on peut voir ce fameux conseiller, Yusuf Yerkel, en costume-cravate, assener un coup de pied à un manifestant, tombé à terre et maintenu par deux membres des forces spéciales.

Başbakanlık Müşaviri @YusufYerkel ,Soma'da yakınını kaybeden vatandaşa tekme atan kişinin kendisi olduğunu doğruladı. pic.twitter.com/xUgC7gVH23
— REPORT TURK (@reportturk) 14 Mai 2014

D'autres images de la scène, prises sous un autre angle, ont été capturées par l'agence Reuters, confirmant l'implication de cet officiel turc, très proche du Premier ministre puisqu'il est le directeur adjoint de son cabinet.

Advisor to Turkey's prime minister photographed kicking protester in Soma: http://t.co/TArDcSp402 pic.twitter.com/JNDfUvL3vi
— Reuters Top News (@Reuters) 15 Mai 2014
Foto: Başabakan'ın danışmanı @YusufYerkel 'in vatandaşı tekmelediği anlar (farklı açıdan) #Soma pic.twitter.com/bomrDu7IEq
— REPORT TURK (@reportturk) 15 Mai 2014

"Attaqué et insulté"

Yusuf Yerkel, qui a reconnu les faits et indiqué qu'il s'exprimerait publiquement dans les prochains jours sur le sujet, a justifié son geste par le fait que le jeune manifestant l'aurait "attaqué et insulté, ainsi que le Premier ministre", rapporte le site turc Hurryet Daily News. "Fallait-il que je reste silencieux?", interroge le responsable politique.

Mais selon des témoins, les forces spéciales étaient en train d'interroger le manifestant après que celui-ci ait seulement donné des coups sur une voiture appartenant au convoi officiel de Recep Tayyip Erdogan, lorsque le conseiller de ce dernier s'est précipité vers lui afin de le frapper "trois ou quatre fois", selon le Hurryet Daily News.

Deux jours après la catastrophe minière, les manifestations contre le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir se multiplient, dans plusieurs villes de Turquie. A Ankara, la capitale, et à Izmir, dans l'Ouest du pays, la police a fait usage de gaz lacrymogène, ce jeudi, pour disperser les manifestants dénonçant la négligence des autorités dans cette affaire. Des critiques que Recep Tayyip Erdogan a balayé d'un revers de main, lors de sa venue sur les lieux du drame, mercredi, affirmant que les accidents miniers "se produisent partout dans le monde".

Adrienne Sigel