BFMTV

Transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem: Trump a appliqué un vote vieux de 20 ans

Le secrétaire d'Etat américain du Trésor Steven Mnuchin et la conseillère du président des Etats-Unis Ivanka Trump, le 14 mai 2018 à Jérusalem lors de l'inauguration de l'ambassade.

Le secrétaire d'Etat américain du Trésor Steven Mnuchin et la conseillère du président des Etats-Unis Ivanka Trump, le 14 mai 2018 à Jérusalem lors de l'inauguration de l'ambassade. - Menahem Kahana - AFP

Le déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem a été décidé par une loi américaine de 1995, dont l'application a sans cesse été repoussée depuis.

Déplacer l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem était une promesse de campagne. De Donald Trump, certes, qui a entériné le déménagement en décembre dernier et de facto reconnu la ville sainte comme capitale de l'Etat d'Israël, mais pas seulement.

Car la localisation de l'ambassade américaine est un vieux sujet outre-atlantique. La décision de son transfert remonte en réalité à plus de 20 ans, lorsque le Congrès américain adopte en 1995 le "Jerusalem Embassy Act", un texte établissant que "Jérusalem devrait être reconnue capitale de l'État d'Israël", et que l'ambassade américaine devrait être transférée à Jérusalem au plus tard le 31 mai 1999.

Même si la réunification de Jérusalem-Ouest et Est était un enjeu de campagne de Bill Clinton en 1992, la décision du Congrès était "un coup dur pour la présidence Clinton parce que Bill Clinton avait toujours considéré que la question de Jérusalem ne doit être réglée qu’à la fin des négociations" entre Israéliens et Palestiniens, analysait en décembre dernier l'historien Thomas Snegaroff pour Brut.

Une promesse de campagne de Clinton, Bush, Obama...

Cette promesse d'unité de Jérusalem réapparaîtra dans les campagnes de George W. Bush ou Barack Obama, sans qu'aucun des présidents ne décide d'acter le déménagement de l'ambassade et de reconnaître la ville comme capitale de l'Etat d'Israël. Car le texte comporte une clause dérogatoire: tous les six mois, le président des Etats-Unis a la possibilité de la signer afin de différer l'application. Ce que tous ont fait jusqu'à Donald Trump en décembre dernier.

Ce lundi, l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem a été inaugurée en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, de la fille de Donald Trump et conseillère à la présidence Ivanka Trump et de son mari Jared Kushner.

L.A.