BFMTV

Syrie: un million de réfugiés

Le cap du million de réfugiés ayant fui les violences en Syrie vient d'être franchi. (Photo d'illustrations)

Le cap du million de réfugiés ayant fui les violences en Syrie vient d'être franchi. (Photo d'illustrations) - -

Le nombre de réfugiés syrien a atteint le cap du million, selon le HCR. Dans les camps de réfugiés, la situation humanitaire est dramatique.

Depuis le début du conflit en Syrie, des milliers de réfugiés quittent chaque jour le pays. Environ 300 se dirigent vers le Liban, et 300 vers la Jordanie. La Turquie, l’Irak et L’Egypte sont les autres principales terres d’accueil. Selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies, ils seraient désormais un million à avoir fui.

Et à s'entasser dans des camps, dans des conditions de vie très pénibles. Abu Omar et sa famille ont ainsi fui la violence, trouvant refuge en Jordanie. "Nous n'avons rien trouvé. Ils donnent à chaque personne trois morceaux de pain. Ce n'est même pas ce qu'il faut pour nourrir un enfant", regrette-t-il.

"Catastrophe absolue"

Mais l'impact sur les pays d'accueil est sévère. Ils doivent dépenser des centaines de millions de dollars pour installer les camps d’accueil, payer les services d’énergie, d’eau, de santé. D'autant que la moitié des réfugiés sont des enfants. Antonio Guterres chef du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies estime que "sans une aide importante de la communauté internationale, il sera impossible de répondre à la situation humanitaire dramatique de la Syrie et de sa région".

L'ONU a annoncé mercredi que le cap du million de réfugiés ayant fui la Syrie avait été atteint. Ce chiffre ne comprenant que les réfugiés dûment enregistrés, leur nombre réel est sans doute bien supérieur. Au moins 2,5 millions de Syriens ont également été déplacés à l'intérieur du pays. Pour le Haut commissaire aux réfugiés Antonio Guterres, "la Syrie est entrée dans la spirale d'une catastrophe absolue".

Après l'ONU qui évoque une "catastrophe absolue" en Syrie, Médecins sans frontières (MSF) dresse jeudi un bilan tout aussi sombre du pays, réclamant un accord politique "sur l'aide humanitaire pour faciliter son acheminement".

Caroline Boisson