BFMTV

Palestine: le gouvernement d'union nationale a prêté serment

Le premier ministre Rami Hamdallah prête serment devant le président palestinien Mahmoud Abbas, le 2 juin 2014 à Ramallah.

Le premier ministre Rami Hamdallah prête serment devant le président palestinien Mahmoud Abbas, le 2 juin 2014 à Ramallah. - -

Le président Abbas a d'ores et déjà promis que le nouveau gouvernement rejetterait la violence, après la prestation de serment de tous les nouveaux ministres. Ce gouvernement devra préparer les élections présidentielle et législatives pour cette année.

Le nouveau gouvernement d'union nationale palestinien a prêté serment ce lundi devant le président Mahmoud Abbas. Israël a d'ores et déjà fait part de son intention de boycotter ce cabinet soutenu par le Hamas et composé de personnalités indépendantes.

"Aujourd'hui, avec la formation d'un gouvernement d'union nationale, nous annonçons la fin de la division palestinienne", a déclaré Mahmoud Abbas à la Mouqataa, le siège de la présidence palestinienne à Ramallah, après la brève prestation de serment des ministres. Ce cabinet de "consensus", dirigé par le Premier ministre sortant Rami Hamdallah, est constitué de personnalités indépendantes et de technocrates.

A Gaza, le Hamas a salué un gouvernement d'union de "tous les Palestiniens". Composé de 17 ministres, dont 5 de Gaza, c'est un exécutif de transition qui a pour mission prioritaire de préparer des élections présidentielle et législatives d'ici la fin de l'année.

Israël reconnu

L'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dominée par le mouvement nationaliste Fatah de Mahmoud Abbas, et le Hamas avaient signé le 23 avril un nouvel accord de réconciliation pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Le président Abbas a d'ores et déjà promis que le nouveau gouvernement rejetterait la violence, reconnaîtrait Israël et respecterait les engagements internationaux, afin de rassurer la communauté internationale sur sa volonté de paix avec Israël.

Côté israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exhorté la communauté internationale à ne pas "se précipiter" pour reconnaître un gouvernement palestinien soutenu par le Hamas. "Le terrorisme islamiste redresse la tête en Europe, nous en avons vu l'illustration avec l'horrible crime commis au musée Juif de Bruxelles", a affirmé lundi Benjamin Netanyahu. "Il est étrange pour moi que les pays européens condamnent fermement ce crime tout en parlant avec ambiguïté, voire de façon amicale, d'un gouvernement avec le Hamas", a souligné le Premier ministre.

A. D. avec AFP