BFMTV

Palestine: l'OLP et le Hamas font un pas vers la réconciliation

Moussa Abu Marzuk (à gauche), membre du Hamas, le chef de la délégation de l'OLP, Azzam al-Ahmad (deuxième à gauche), Ismail Haniya, le Premier ministre du Hamas dans la bande de Gaza et le chef adjoint de l'Autorité palestinienne Ahmad Bahar (à droite)

Moussa Abu Marzuk (à gauche), membre du Hamas, le chef de la délégation de l'OLP, Azzam al-Ahmad (deuxième à gauche), Ismail Haniya, le Premier ministre du Hamas dans la bande de Gaza et le chef adjoint de l'Autorité palestinienne Ahmad Bahar (à droite) - -

L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et des dirigeants du mouvement islamiste Hamas se sont rencontrés et envisagent de former un nouveau gouvernement d'ici cinq semaines. Les tentatives précédentes avaient échoué.

Les Palestiniens ont relancé leurs efforts de réconciliation interne, décidant de former prochainement un gouvernement d'union.

Une entente est intervenue dans la nuit de mardi à mercredi lors d'une réunion à Gaza entre une délégation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et des dirigeants du mouvement islamiste Hamas "pour former un gouvernement d'union nationale d'ici cinq semaines", a déclaré un membre de la mission de l'OLP qui a requis l'anonymat. Ce gouvernement doit être composé de technocrates, a précisé la source.

"Il y a également eu des progrès sur la tenue de futures élections et la composition de l'OLP", a ajouté le responsable palestinien sans donner d'autres détails. A plusieurs reprises dans le passé, des annonces sur la formation imminente d'un gouvernement d'union n'ont pas été suivies d'effet.

"Un seul système politique"

La délégation de l'OLP, qui était arrivée mardi soir dans la bande de Gaza, est conduite par Azzam al-Ahmad, un dirigeant du mouvement nationaliste Fatah. Elle a été accueillie par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, et le numéro deux du mouvement islamiste, Moussa Abou Marzouq.

Les entretiens se sont déroulés à huis-clos et doivent se poursuivre mercredi. "J'appelle à mettre en oeuvre la réconciliation palestinienne pour parvenir à un seul gouvernement, un seul système politique et un seul programme national", a plaidé M. Haniyeh en recevant chez lui les délégués de l'OLP.

Son hôte, Azzam al-Ahmad, s'est dit "heureux que le moment soit venu de mettre fin à la division". Le Fatah, le principal parti de l'OLP, et le Hamas ont signé en 2011 au Caire un accord de réconciliation pour mettre fin à la division politique entre les deux territoires.

Mais la plupart des clauses sont restées lettre morte.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part accusé les Palestiniens de saborder le processus de paix."L'Autorité palestinienne, qui menaçait hier de se dissoudre, parle aujourd'hui de réunification avec le Hamas", a déploré lundi Benjamin Netanyahu. "Ils doivent décider s'ils veulent la paix ou se réunifier avec le Hamas".

A. D. avec AFP