BFMTV

L'ambassade d'Arabie saoudite attaquée à Téhéran après l'exécution d'un dignitaire chiite

La foule en colère a attaqué l'ambassade dans la nuit de samedi à dimanche à Téhéran après l'exécution d'un chef religieux chiite.

La foule en colère a attaqué l'ambassade dans la nuit de samedi à dimanche à Téhéran après l'exécution d'un chef religieux chiite. - AFP

L'exécution par l'Arabie saoudite du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr a suscité l'indignation dans le monde chiite. Les réactions les plus violentes sont venues d'Iran, où des manifestants en colère ont incendié l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran.

La colère est grande en Iran, puissance chiite qui a averti que Ryad paierait "un prix élevé" pour l'exécution du dignitaire religieux chiite saoudien Nimr Baqer al-Nimr. Des manifestants ont lancé des cocktails Molotov samedi soir contre l'ambassade d'Arabie à Téhéran, incendiant une partie du bâtiment dans lequel ils ont pénétré avant d'être chassés par la police. Quarante personnes ont été arrêtées ce dimanche matin, a annoncé le procureur de la capitale iranienne Abbas Jafari Dolatabadi, cité par l'agence Isna. 

"Le feu a détruit l'intérieur de l'ambassade"

"Le feu a détruit l'intérieur de l'ambassade", a déclaré un témoin sur place. A Machhad (nord-est), seconde ville d'Iran, des manifestants ont également attaqué et incendié le consulat saoudien.

Sur des photos publiés par certains sites, on peut même voir des manifestants tenir ce qui semble être le drapeau saoudien, qui aurait été retiré. A Machhad, seconde ville du pays située dans le nord-est, des manifestants ont également attaqué et incendié le consulat saoudien, selon des sites d'information qui ont publié des photos. A la suite de ces incidents, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hossein Jaber Ansari, a demandé à la police diplomatique de protéger les enceintes diplomatiques.

La "main divine" vengera l'exécution

La "main divine" vengera l'exécution de Nimr Baqer al-Nimr, a affirmé dimanche le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Sans aucun doute, le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens", a déclaré l'ayatollah Khamenei, lors d'un discours devant des religieux, a rapporté son site officiel.

"Ce savant opprimé n'a ni encouragé les gens à prendre les armes ni comploté de manière secrète, il a seulement porté ouvertement des critiques", a ajouté l'ayatollah Khamenei. "Dieu ne pardonnera pas le sang versé de cet innocent", a-t-il martelé. L'Iran a vigoureusement condamné l'exécution du dignitaire religieux saoudien et affirmé que Ryad allait payer un "prix élevé" pour cet acte.
la rédaction avec AFP