BFMTV

Liban: le Hezbollah attaque un convoi israélien à la frontière

Des véhicules militaires israéliens brûlent après une attaque près de la fontière israélo-libanaise.

Des véhicules militaires israéliens brûlent après une attaque près de la fontière israélo-libanaise. - Maruf Khatib - AFP

Le mouvement libanais Hezbollah a mené mercredi une attaque contre l'armée israélienne dans une zone occupée à la frontière du Liban, provoquant des bombardements israéliens de représailles.

La tension monte d'un cran entre Israël et le Hezbollah. Le puissant mouvement chiite libanais a mené mercredi une attaque contre un convoi militaire israélien, dans une zone occupée à la frontière avec le Liban et la Syrie. L'attaque a tué deux soldats israéliens et blessé sept autres.

Israël a immédiatement riposté en bombardant plusieurs localités du sud-est du Liban. Un casque bleu espagnol de la Force intérimaire des Nations-Unies au Liban (Finul) a trouvé la mort lors des violences, a indiqué l'ambassade d'Espagne au Liban.

Israël prête à agir "avec force sur tous les fronts"

En réaction à l'attaque du Hezbollah sur le secteur des Fermes de Chebaa occupé par Israël, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti que l'armée était prête à agir "avec force sur tous les fronts".

"A 10h25 (heure française), le groupe des martyrs de Qouneitra de la Résistance islamique a visé avec des roquettes, dans les Fermes de Chebaa libanaises occupées, un convoi militaire israélien composé de plusieurs véhicules transportant des officiers et soldats sionistes", affirme dans un communiqué le mouvement Résistance islamique, l'aile militaire du Hezbollah.

En riposte, les chars et l'artillerie israéliens ont bombardé les villages de Kfar Chouba, Majidiyé, Halta et Arkoub, dans le sud du Liban, où se trouvent des positions de l'armée libanaise et de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), chargée de surveiller la frontière israélo-libanaise, selon une source de sécurité libanaise.

Réunion d'urgence à Tel-Aviv

Le Premier ministre israélien, son ministre de la Défense Moshé Yaalon et des responsables de sécurité étaient réunis mercredi en urgence au ministère de la Défense à Tel-Aviv, ont rapporté les médias israéliens.

Le Hezbollah, qui soutient militairement le régime syrien dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes, avait menacé de venger ses combattants.

Israël n'a pas revendiqué ni démenti officiellement la responsabilité du raid contre le Hezbollah en Syrie, mais s'attend depuis à une riposte.

M.G. avec AFP