BFMTV

Début de la réunion sur Jérusalem à l'Assemblée générale de l'ONU

Mahmoud Abbas.

Mahmoud Abbas. - ABBAS MOMANI / AFP

L'Assemblée générale de l'ONU a condamné ce jeudi à une large majorité la reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne par les Etats-Unis. La présidence de l'Etat palestinien s'est félicitée du vote.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi à une large majorité une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël. Sur les 193 pays membres, 128 ont voté pour cette résolution et neuf contre, 35 pays décidant de s'abstenir lors d'un scrutin que le président américain avait promis de scruter de près, menaçant de représailles financières ceux qui soutiendraient le texte. Le vote n'est pas contraignant et l'administration américaine a fait savoir qu'elle ne changerait pas d'avis.

Les Palestiniens se félicitent de l'issue du vote 

Organisé à l'initiative des Palestiniens, ce vote porte sur un texte affirmant que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale" et que la question de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens. Les Palestiniens se sont réjouis de l'issue du vote.

"Cette décision réaffirme que la juste cause des Palestiniens bénéficie du soutien du droit international (...) Nous allons poursuivre nos efforts à l'ONU et dans d'autres forums internationaux pour mettre fin à l'occupation (israélienne) et créer un État palestinien avec comme capitale Jérusalem-Est", a affirmé le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

"Les États-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori" 

L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, avait assuré, avant la tenue du vote, que "Les États-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l'Assemblée générale pour le seul fait d'exercer notre droit de pays souverain".

"Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution (financière) aux Nations unies", a-t-elle lancé. 

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Danny Danon, avait affirmé quant à lui que son pays "ne sera jamais chassé de Jérusalem".

S.Z. et R.V. avec AFP