BFMTV

À Gaza, la situation devient de plus difficile pour les habitants

-

- - -

Après cinq jours de conflit et alors qu’Israël a bloqué vendredi les principales routes menant à Gaza, la situation des Gazaouis devient de plus en plus difficile sur le terrain. Reportage sur place avec nos envoyés spéciaux.

Après les bombardements, le manque de nourriture. Gaza vit depuis plusieurs jours presque coupée du monde alors qu’Israël a coupé vendredi dernier les principales routes menant à l’enclave. Premiers touchés, les Gazaouis s’organisent et comptent notamment sur les distributions de nourriture organisées par les Nations unies pour survivre.

BFMTV s’est rendue dans une enceinte des Nations unies, où les distributions du jour révèlent l’ampleur du nombre d’habitants concernés par le manque. Parmi eux, Mustafah Burai, qui vient pour alimenter sa famille. "Je ne suis pas le seul à manquer de nourriture, tous les habitants de Gaza manquent de nourriture, explique-t-il au micro de BFMTV. Chez nous on tient avec des aliments basiques comme le pain."

"Bien sûr nous sommes inquiets"

Depuis une semaine, même les Nations unies n’arrivent plus à s’approvisionner normalement. Un des camions de ravitaillement a ainsi mis deux jours pour arriver depuis la frontière égyptienne, la route étant trop dangereuse.

En plus du manque de nourriture, les habitants de Gaza doivent aussi composer avec le survol des drones israéliens, les bombardements, les tirs de roquettes en direction d’Israël et des quartiers désertés. "Bien sûr nous sommes inquiets. Parce que ces drones peuvent tirer sur des gens, explique encore Mustafah Burai. Ils sont utilisés pour éliminer des cibles politiques, mais ils peuvent aussi m’atteindre alors que je me promène simplement dans la rue."

Et le conflit devrait encore durer. Le chef du Hamas estime en effet que c’est Israël qui a commencé la guerre, et que c’est donc Israël qui décidera quand elle s’achèvera.

François-Xavier Ménage et Francis Simoes