BFMTV

20 morts à Gaza, barrage de roquettes sur Israël et 500 blessés à Jérusalem

Israël et les Palestiniens étaient engagés mardi dans l'une des plus importantes escalades de violences de ces dernières années, après de nouveaux affrontements à Jérusalem-Est.

Barrage de roquettes de Gaza vers Israël, frappes meurtrières de l'État hébreu ciblant le Hamas, et heurts musclés entre policiers israéliens et manifestants palestiniens à Jérusalem-Est: Israël et les Palestiniens étaient engagés mardi dans l'une des plus importantes escalades de violences de ces dernières années.

L'armée israélienne a indiqué mardi avoir tué 15 membres de groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza, enclave sur laquelle elle a mené 130 frappes en riposte à des tirs de roquettes. "Selon nos estimations actuelles, nous avons tué 15 membres du Hamas et du Jihad islamique", a indiqué à des journalistes le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus.

Les autorités locales à Gaza ont fait état de 22 morts, dont neuf enfants, dans les frappes israéliennes, les plus importantes depuis novembre 2019.

Des tirs de roquette en Israël

En Israël, les secouristes israéliens ont fait état de plusieurs blessés après le tirs de roquettes.

Selon un dernier bilan de l'armée, 200 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël depuis lundi, dont plus de 90% ont été interceptées par le bouclier antimissile "Dôme de fer". De nombreuses autres roquettes sont tombées à l'intérieur de la bande de Gaza, un territoire contrôlé par le Hamas.

Des semaines de tension à Jérusalem

Les nouvelles frappes et salves de roquettes interviennent sur fond de violences à Jérusalem-Est. Lundi, quelque 520 Palestiniens et 32 policiers israéliens ont été blessés dans de nouveaux heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam nommé Mont du Temple par les Juifs, et dans d'autres lieux de Jérusalem-Est.

Le Hamas avait menacé l'État hébreu d'une nouvelle escalade militaire si ses forces ne se retiraient pas à 18 heures de l'esplanade.

Les violences ont coïncidé avec la "Journée de Jérusalem", qui marque selon le calendrier hébraïque la prise de la partie orientale, peuplée de Palestiniens, de la Ville sainte par l'armée israélienne en 1967. Elles interviennent aussi après des semaines de tensions à Jérusalem.

M.D. avec AFP