BFMTV

Mort de Georges Floyd: le pape François demande de "ne fermer les yeux sur aucune forme de racisme"

Le pape François

Le pape François - Filippo Monteforte - AFP

Le souverain pontife a condamné toute "forme de racisme ou d'exclusion", mais a également pointé du doigt les affrontements violents qui ont marqué ces dernières nuits aux Etats-Unis, jugeant que "rien ne se gagne avec la violence."

Le pape François a jugé mercredi "intolérable" toute forme de racisme, en réaction à la mort à Minneapolis de George Floyd. Mais le souverain pontife a aussi condamné les réactions de violence qui ont suivi.

Une violence "auto-destructive"

"Nous ne pouvons ni tolérer ni fermer les yeux sur aucune forme de racisme ou d'exclusion, et prétendre défendre le caractère sacré de toute vie humaine", a déclaré le pape François durant son audience du mercredi. Il a en outre qualifié le racisme de "péché".

"Dans le même temps nous devons reconnaître que la violence des dernières nuits est auto-destructive", a-t-il ajouté. "Rien ne se gagne avec la violence, tandis que tant de choses se perdent", a-t-il estimé, lors d'un message spécifique aux croyants de langue anglaise. 

"Prions pour la réconciliation nationale"

"Je suis avec une grande préoccupation les douloureux désordres sociaux qui ont lieu dans votre nation ces jours ci, suite à la mort tragique de Monsieur George Floyd", a souligné le pape François.

"Aujourd'hui je m'unis à l'Eglise de Saint-Paul et Minneapolis, et aux Etats-Unis, pour prier pour le repos de l'âme de George Floyd et pour tous ceux qui ont perdu la vie à cause du péché du racisme", a-t-il poursuivi, ajoutant: "prions pour le réconfort des familles et des amis accablés et prions pour la réconciliation nationale et la paix, auxquelles nous aspirons."

"I can't breathe"

George Floyd, un homme noir de 46 ans, est mort le 25 mai à Minneapolis (Etats-Unis) en répétant "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer"), gisant par terre, menotté et avec le cou sous le genou d'un policier dont les collègues sont restés passifs.

Les autopsies ont confirmé que la mort était due à la pression au niveau de son cou. Depuis, un mouvement de colère contre le racisme et les brutalités policières se propage à travers les Etats-Unis. 

E.P avec AFP