BFMTV

Mort de George Floyd: affrontements et tirs de gaz lacrymogène devant la Maison Blanche

Une foule de manifestants s'est rassemblée devant la résidence du président américain Donald Trump en scandant des slogans, en allumant des feux et en brandissant des pancartes.

Nuit de tensions dans la capitale américaine. Ce dimanche soir, aux alentours de 23 heures (heure locale), la police a tiré des gaz lacrymogènes devant la Maison Blanche pour disperser une manifestation contre les violences policières et le racisme, alors que de violents affrontements avaient lieu dans la ville.

Le mouvement est né de la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, tué lundi lors d'une intervention policière.

Une foule de manifestants s'était rassemblée devant la résidence du président américain Donald Trump en scandant des slogans, en allumant des feux et en brandissant des pancartes, dans la capitale américaine soumise au couvre-feu jusqu'à 6 heures du matin. La maire de la ville, Muriel Bowser, a annoncé avoir ordonné le déploiement de la Garde nationale en renfort de la police.

"La loi et l'ordre"

Les forces de l'ordre étaient beaucoup plus fermes que les nuits précédentes, selon notre correspondant, et ont, cette fois, repoussé les manifestants un peu plus loin de la Maison Blanche. C'est à ce moment-là qu'ils ont mis le feu à plusieurs bâtiments, comme l'église Saint-John, surnommée "l'église des présidents".

Sur Twitter, le président américain a dénoncé, dans une série de tweets, les "fake news" des médias américains, appelé à rétablir "la loi et l'ordre" et félicité la Garde nationale, déployée dans certaines villes. Il a également affirmé que le mouvement des anti-fascistes allait être désigné comme une organisation terroriste.

Vendredi soir, au moment d'un autre rassemblement devant la Maison Blanche, Donald Trump avait été transporté dans le bunker du bâtiment pour le protéger, rapportent plusieurs médias américains dont CNN et le New York Times.

Jean-Bernard Cadier avec Clément Boutin et AFP