BFMTV

Meurtre d'une journaliste maltaise: le gouvernement ébranlé par le scandale

Des manifestants lors d'un rassemblement pour la journaliste Daphne Caruana Galizia, devant le parlement à Valletta, à Malte, le 26 novembre 2019

Des manifestants lors d'un rassemblement pour la journaliste Daphne Caruana Galizia, devant le parlement à Valletta, à Malte, le 26 novembre 2019 - Stringer / AFP

L'enquête sur le meurtre de Daphne Caruana met en cause plusieurs responsables politiques maltais. Un ministre a démissionné, un autre s'est mis "en réserve" et le Premier ministre a affirmé qu'il démissionnerait si un lien entre lui et le meurtre était établi.

L'enquête sur le meurtre de Daphne Caruana progresse et ébranle désormais le gouvernement maltais. Trois hauts responsables ont quitté leurs fonctions ce mardi en raison du scandale, né après la mort en 2017 dans un attentat à la voiture piégée de la journaliste qui enquêtait sur la corruption au plus haut niveau.

Des démissions successives

Le chef de cabinet du Premier ministre maltais Joseph Muscat, Keith Schembri, et le ministre du Tourisme Konrad Mizzi, qui étaient soupçonnés par la journaliste assassinée en 2017 d'avoir reçu des pots-de-vin à travers leurs sociétés panaméennes, ont démissionné. Le ministre de l'Economie Chris Cardona a pour sa part décidé de se "mettre en réserve pendant la durée des enquêtes en cours", selon son ministère.

Selon une source proche de l'enquête, Keith Schembri "a été convoqué par la police pour un interrogatoire après avoir été cité par l'homme d'affaires qui est actuellement incarcéré et est le principal suspect pour le meurtre de la journaliste".

Le nom de Keith Schembri, qui est chef de cabinet du Premier ministre travailliste depuis 2013, a été mentionné dans l'enquête comme ayant des liens avec l'homme d'affaires Yorgen Fenech, arrêté la semaine passée et considéré par la famille de Daphne Caruana et certains médias comme le ou l'un des commanditaires de l'assassinat.

Yorgen Fenech a été relâché mardi sous caution et a réclamé l'immunité en échange d'informations, selon des sources proches de l'enquête, à l'instar d'un autre homme impliqué dans cette affaire.

Le Premier ministre écarte une démission

Le Premier ministre a remercié dans un communiqué son chef de cabinet et a exclu sa propre démission pour l'instant.

"Je démissionnerais, à coup sûr, s'il existait un lien quelconque entre le meurtre et moi", a-t-il ajouté. "Mon rôle actuel est de m'assurer que le pays dispose d'une gouvernance stable. J'ai déjà dit que je n'ai pas l'intention de me représenter, mon rôle est de m'assurer que nous traversons cette période de turbulences de la meilleure façon possible", avait précédemment indiqué Joseph Muscat.

La famille de Daphne Caruana a, de son côté, salué la démission de Keith Schembri, encourageant les autorités à le poursuivre "immédiatement pour ses activités criminelles de longue date et de grande envergure".

"Alors que les autorités se tournent enfin vers (Keith) Schembri, nous les exhortons à découvrir pourquoi le Premier ministre Joseph Muscat et Konrad Mizzi - ministre de l'Energie à l'époque des faits et actuel ministre du Tourisme - l'ont protégé pendant trois ans", a déclaré la famille.

La journaliste avait fait des révélations cruciales

L'assassinat en 2017, dans l'explosion de sa voiture, piégée, de Daphne Caruana, journaliste d'investigation décrite comme une "WikiLeaks à elle toute seule", avait suscité une vague d'indignation dans le petit archipel méditerranéen.

La journaliste avait notamment creusé la partie maltaise de l'enquête journalistique sur les Panama Papers. Elle avait découvert des documents attestant que des sociétés panaméennes appartenant au ministre de l'Energie de l'époque Konrad Mizzi, l'actuel ministre du Tourisme démissionnaire, et au chef de cabinet de Joseph Muscat avaient reçu plusieurs milliers d'euros par jour d'une société de Dubaï, 17 Black, pour des services non précisés.

Grâce à une série d'arrestations récentes, la magistrature a découvert que cette société appartenait à Yorgen Fenech, magnat maltais de l'hôtellerie, l'énergie et l'automobile. Il avait été intercepté mercredi dernier alors qu'il tentait de fuir Malte à bord de son yacht.

J. G. avec AFP