BFMTV

Les "hot spots" d'accueil des migrants: comment ça marche?

Un migrant transporte un matelas à son arrivée en gare de Tiburtina à Rome, le 20 août 2015

Un migrant transporte un matelas à son arrivée en gare de Tiburtina à Rome, le 20 août 2015 - Alberto Pizzoli - AFP

Sous le terme de "hot spots" se cachent des centres d'accueil et de tri pour les migrants, aux portes de l'Europe. Un système plébiscité par le ministre de l'Intérieur mais dont les contours ne sont pas parfaitement définis.

Italie, Grèce et Hongrie sont les premiers pays concernés par l'arrivée de migrants. Pour faire face à ce qu'on appelle désormais la crise migratoire, les autorités étudient la création de "hot spots", destinés à accueillir les migrants mais aussi à trier ceux qui fuient la guerre des migrants économiques: contrôles, identification, enregistrement des témoignages, prise d'empreintes des arrivants.

"Les hot spots doivent permettre de distinguer ceux qui relèvent du statut de réfugié de ceux qui sont migrants économiques irréguliers et qui doivent être reconduits à la frontière", avait expliqué le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le 14 septembre dernier.

Où en est-on?

L'idée a été lancée par la Commission européenne au printemps afin d'aider les pays d'Europe où arrivent les migrants: Italie, Grèce, et plus récemment Hongrie. Il n'est pas exclu que d'autre pays puissent en bénéficier s'ils en font la demande.

Techniquement, le premier hot spot, présenté comme un poste de coordination de Frontex, l'agence chargée de la surveillance des frontières extérieures de l'espace Schengen, a été lancé en Sicile au mois de juin. Il coordonne quatre centres qui peuvent accueillir chacun 1.500 personnes.

En Grèce, le hot spot n'est encore qu'un projet, il devrait être installé à Athènes.

  • La Hongrie, elle, se montre réticente au projet, réfutant l’idée qu’elle est un pays de "première ligne".

Comment cela s'organise?

Plusieurs agences européennes sont engagées sur ce projet. Europol, l’agence de coopération policière, Eurojust, l'agence pour la coopération judiciaire participent, afin de tenter de lutter contre les filières jihadistes et d'exercer un contrôle en matière de terrorisme, comme l'analyse Le Monde. Experts, interprètes et équipes de soutien sont envoyés sur place par les agences européennes. Les moyens financiers de Frontex devraient être augmentés.

Easo, le bureau européen d’appui en matière d’asile , fait aussi partie des agences européennes qui épauleront les autorités nationales.

Qu'est-ce qui bloque?

Si, pour certaines capitales européennes, les hot spots doivent servir de centres de rétention pour les migrants irréguliers en attente de leur renvoi, Bruxelles réfute cette idée, les envisageant plutôt comme des lieux d'accueil destinés à organiser la la relocalisation de ceux qui ont droit au statut de réfugiés, précise le quotidien du soir. 

Plus de 500.000 migrants ont été dénombrés aux frontières extérieures de l'Union européenne entre janvier et août de cette année, contre 280.000 pour l'ensemble de 2014, a annoncé mi-septembre l'agence européenne Frontex.

A. D.