BFMTV

Les Américains profondément divisés sur la question de la destitution de Trump

Doanld Trump

Doanld Trump - AFP

Lundi, CNN a publié un sondage montrant qu'alors que le procès en destitution de Donald Trump débute ce mardi au Sénat, l'opinion américaine est très partagée, parcourue de nombreuses fractures.

L'événement, solennel et compassé, apparaît pourtant comme le point d'orgue d'un mandat et d'une législature empreints d'une certaine extravagance. Ce mardi, le procès en destitution de Donald Trump débute au Sénat des Etats-Unis. A dix mois de l'élection présidentielle, il est accusé par la chambre haute, qui récupère le dossier des mains de la Chambre des Représentants, d'avoir fait pression sur l'Etat ukrainien, moyennant un chantage autour d'une aide militaire, pour qu'il ouvre une enquête sur Joe Biden, possible obstacle démocrate sur la route de sa réélection. A cet abus de pouvoir supposé s'ajoute le chef d'entrave à la bonne marche du Congrès, l'opposition reprochant à Donald Trump d'avoir empêché la venue de témoins devant la chambre basse. 

Électorat contre électorat 

L'aventure présidentielle de Donald Trump a toutefois fort peu de chances, pour ne pas dire aucune, de tourner court au sein d'un Sénat dominé par "ses" Républicains. L'enjeu est ailleurs et réside dans la bataille de l'opinion. Le sondage de SSRS commandé par la chaîne CNN a cherché à explorer cette dernière et il en ressort l'image d'un électorat très partagé autour des questions soulevées par cette procédure, qui connaît ici sa troisième édition dans l'histoire américaine. 

51% des Américains souhaitent que le Sénat condamne le président des Etats-Unis et l'expulse de fait de la Maison Blanche, tandis que 45% rejettent une telle éventualité. Ces 51% de détracteurs se composent bien sûr d'ensembles très dissemblables. Quand les sympathisants démocrates plébiscitent la première option à hauteur de 89% d'entre eux, seuls 8% des partisans des Républicains les rejoignent en canon. Les non-alignés, ou "indépendants" dans la langue politique américaine, sont bien embêtés: 48% verraient d'un bon œil le départ de Donald Trump et 46% s'opposent à une condamnation. 

Césures 

Les césures sont nombreuses. Elles ressemblent parfois à des fractures, notamment lorsqu'on considère l'aspect social et scolaire de l'affaire. A titre d'exemple, lorsque 44% des Américains blancs diplômés soutiennent une fin anticipée du mandat de Donald Trump, ils ne sont plus que 27% à appuyer cette perspective parmi leurs pareils dépourvus d'un diplôme universitaire. 

Comme le montre la mention de la couleur de peau du personnel considéré ci-dessus, le clivage est aussi fonction de l'appartenance ethnique. Ainsi, 86% des Américains noirs ont donné de la voix pour pousser Donald Trump vers la sortie, comme 65% des hispaniques mais le score passe à 42% au sein des Américains blancs. Femmes et hommes rendent aussi un avis différent. 59% des premières approuvent l'idée d'une condamnation contre 42% de ces derniers. 

La turbulence est accueillie diversement suivant les âges également. 56% des individus évoluant sous une barre fixée à 45 ans prônent aussi une défaite de Donald Trump devant le Sénat, alors que 50% des personnes se situant au-dessus de ce seuil veulent écarter cette possibilité. 

La question des témoins 

Plusieurs consensus se dégagent en revanche sur le fond. Ainsi, 58% des Américains jugent que leur président a bien abusé de son pouvoir pour obtenir un bénéfice politique personnel dans ses échanges avec le président ukrainien et ils sont encore 57% à l'accuser d'avoir entravé les travaux des Représentants. Se pose alors la question de la réception de nouveaux témoins au Sénat. Pour 69% des sondés, oui, le Sénat devrait pouvoir auditionner des personnalités n'ayant pour le moment pas été sommées de livrer leurs explications devant les institutions. Les sénateurs démocrates ont besoin de faire basculer quatre de leurs homologues républicains pour lancer les convocations. 

Or, c'est là que ça se gâte. Interrogé à ce propos, l'électorat républicain rétorque, à hauteur de 48%, qu'il veut voir de nouveaux témoins, et à 44% qu'il ne veut pas en entendre parler. Enfin, y a-t-il lieu de tirer de cette enquête d'opinion des enseignements quant à la température des citoyens dans les Etats qui s'annoncent les plus disputés dans dix mois? Si on prend les 15 Etats où l'écart séparant Donald Trump d'Hillary Clinton en 2016 était de huit points ou moins, on constate que deux blocs d'égale force se font face: 49% contre 49%. 

Sondage conduit pour CNN par SSRS, du 16 au 19 janvier, au sein d'un panel national de 1156 adultes contactés sur leur ligne fixe ou leur portable par un intervieweur. Les résultats comportent une marge d'erreur de plus ou moins 3,4 points.

Robin Verner