BFMTV

Le président philippin autorise la police à tirer par balle sur ceux qui ne respecteraient pas le confinement

Le président philippin Rodrigo Duterte

Le président philippin Rodrigo Duterte - TED ALJIBE / AFP

Habitué des sorties polémiques, Rodrigo Duterte a encouragé ses forces de police à faire respecter scrupuleusement le confinement, et allant jusqu'à les inviter à utiliser leurs armes si cela s'imposait.

"Tuez-les par balles". Ces mots qui claquent sont ceux de Rodrigo Duterte, président des Philippines, à l'heure de parler du confinement. Dans une allocution, le chef de l'Etat a invité les forces de police à faire usage de leurs armes quand cela serait nécessaire, pour lutter contre la propagation du Covid-19. Même en allant jusqu'à "tuer" les personnes qui ne respecteraient pas le confinement et qui deviendraient dangereuses.

Isolée depuis dimanche, la capitale Manille a bloqué ses accès routiers pour lutter contre l'épidémie. Avec 12 millions d'habitants, cette mégapole voit ses vols intérieurs au départ et à destination de la capitale annulés et les rassemblements publics interdits pour un mois.

Il est désormais interdit d'entrer et de sortir de la capitale, sauf pour les personnes justifiant devoir y travailler, et un couvre-feu sera imposé entre 20h et 5h. L'ensemble des établissements scolaires ont également été fermés.

Près d'une centaine de morts

Dans son allocution télévisée, Rodrigo Duterte fait savoir que la situation empire dans le pays. Les Philippines viennent de dépasser les 2300 cas, pour 96 morts. "Vous devez écouter", a martelé le chef de l'Etat philippin. "S'il y a un danger, avec un risque mortel, tuez-les par balle", a-t-il lancé en direction de la police.

Le dirigeant populiste est habitué de ces méthodes extrêmes. Luttant contre le trafic de drogue, il avait déjà autorisé - et invité à le faire - ses policiers à tirer contre les trafiquants, quitte à les tuer. 

Ivan Valerio, avec AFP