BFMTV

La diplomatie américaine revient sur la révocation des visas liée au décret Trump

Donald Trump à la Maison blanche.

Donald Trump à la Maison blanche. - MANDEL NGAN / AFP

La diplomatie américaine a annoncé ce samedi être revenue sur la révocation de quelque 60.000 visas pour les Etats-Unis après qu'un juge a bloqué le décret migratoire de Donald Trump, qui visait les ressortissants de sept pays musulmans.

Un juge fédéral américain a bloqué temporairement, vendredi, le décret anti-immigration de Donald Trump

Le texte du président américain prévoyait la fermeture des frontières des États-Unis aux réfugiés pendant quatre mois et aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) pendant trois mois. Les Syriens font l'objet d'une interdiction indéfinie.

"Les personnes munies de visas [...] peuvent désormais voyager"

Depuis son entrée en vigueur, les Etats-Unis ont révoqué 60.000 visas attribués à des ressortissants des sept pays visés. Mais la diplomatie américaine a annoncé ce samedi être revenue sur ces révocations grâce au blocage de la mesure, énoncé par un juge fédéral.

"Nous avons renversé la révocation provisoire des visas entraînée par le décret présidentiel 13769. Les personnes munies de visas qui n'ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager si le visa est valide", a expliqué une porte-parole du Département d'Etat dans un communiqué.

Le président américain Donald Trump a jugé ce samedi "ridicule" la décision du juge fédéral qui bloque temporairement son décret anti-immigration. 

Les conséquences de la décision du juge Robart commençaient à se concrétiser samedi matin à travers le monde: la compagnie aérienne Qatar Airways a par exemple annoncé qu'elle transporterait vers les Etats-Unis les ressortissants des sept pays (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) visés par le décret.

M.P avec AFP