BFMTV

La CIA forme une unité spéciale dédiée à la Corée du Nord

Donald Trump à la Maison Blanche, le 13 avril 2017.

Donald Trump à la Maison Blanche, le 13 avril 2017. - AFP

Les Etats-Unis souhaitent s'armer au mieux pour faire face à la menace nucléaire nord-coréenne. Une unité spéciale, dédiée au pays dirigé par le dictateur Kim Jong-un, a ainsi été créée par la CIA.

Les Etats-Unis se focalisent sur la Corée du Nord. La CIA a annoncé mercredi avoir mis en place une unité spéciale dédiée à l'évaluation de la menace nucléaire que représente la Corée du Nord.

C'est la première mission de l'agence de renseignement focalisée sur un seul pays. Elle est chargée de réunir les ressources de plusieurs unités, en analysant les informations sur les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, dont les capacités pourraient menacer les Etats-Unis.

Vers un sixième essai nucléaire? 

La création de cette unité spéciale intervient alors que la Corée du Nord pourrait procéder prochainement à un sixième essai nucléaire, ce qui ne ferait qu'accroître encore les tensions dans l'est de l'Asie.

Les Etats-Unis n'ont d'ailleurs pas exclu de mener une frappe préventive pour empêcher Pyongyang de développer un missile nucléaire.

"Les menaces auxquelles notre pays doit faire face évoluent, la CIA doit donc également évoluer pour y répondre", a expliqué Jonathan Liu, porte-parole de l'agence d'espionnage américaine.

Un objectif d'efficacité

En 2015, la CIA avait créé 10 grands pôles dans un effort de modernisation, pour tenter de réunir des agents de différents services (analyses, opérations, cyber...) qui, auparavant, ne coopéraient pas forcément de manière rapprochée.

"Créer un centre de mission sur la Corée nous permet d'intégrer et de diriger les efforts de la CIA plus efficacement contre les menaces sérieuses qui émanent de la Corée du Nord à l'encontre des Etats-Unis et de leurs alliés", a souligné le directeur de la CIA, Mike Pompeo, dans un communiqué.

La Corée du Nord accuse la CIA de complot 

Cette décision de la CIA intervient quelques jours après les accusations de Pyongyang, dénonçant un "complot vicieux" pour assassiner Kim Jong-un, évoquant aussi des "substances biochimiques". 

Le 9 avril, Donald Trump annonçait le déploiement du porte-avions USS Carl Vinson vers la péninsule coréenne, d'un escadron aérien, de deux destroyers lanceurs de missiles et de deux croiseurs lanceurs de missiles. S'agit-il d'un grand coup de bluff de la part du gouvernement américain? Selon plusieurs médias, le porte-avions aurait en réalité pris une autre direction, vers l'Indonésie, et les îles de Java et Sumatra, situées à l'opposé. 

Les Etats-Unis souhaitent la "dénucléarisation" de la Corée du Nord

Le secrétaire d'Etat américain a fait savoir, à quelques heures d'une réunion organisée fin avril par le Conseil de sécurité de l'ONU, que le but des Etats-Unis était "le même que celui de la Chine", c'est-à-dire une "dénucléarisation de la péninsule coréenne", avant de préciser: 

"Nous avons fait notre part, nous avons retiré nos armes nucléaires de la péninsule coréenne. Il est temps que la Corée du Nord supprime ses armes (nucléaires) également. C'est notre objectif, notre seul objectif".

Après des semaines de vives tensions et de menaces entre les deux pays, Donald Trump a fait savoir, dans un entretien accordé à Bloomberg News, le 1er mai, qu'il était prêt à rencontrer le dictateur nord-coréen, et à ainsi privilégier la diplomatie.

"La plupart des gens ne diraient jamais une chose pareille mais je vous le dis, si les conditions sont réunies, je le rencontrerai. S’il était approprié pour moi de le rencontrer, je le ferais absolument, je serais honoré de le faire. Si les circonstances sont réunies, encore une fois, je le ferai."
Alexandra Milhat avec AFP