BFMTV

Japonaise disparue en France: le Chili refuse d'arrêter un suspect

La justice chilienne refuse d'arrêter un homme, soupçonné d'avoir assassiné une étudiante japonaise en France. (Photo d'illustration)

La justice chilienne refuse d'arrêter un homme, soupçonné d'avoir assassiné une étudiante japonaise en France. (Photo d'illustration) - AFP

Un jeune Chilien est suspecté d'avoir tué une étudiante japonaise à Besançon, dont le corps reste introuvable. Le Chili a refusé, ce vendredi, de procéder à son arrestation.

La justice chilienne a rejeté, ce vendredi, une demande de la France de procéder à la détention provisoire d'un Chilien. Celui-ci est soupçonné d'avoir assassiné une étudiante japonaise en France, dont le corps reste introuvable.

Une demande officielle d'arrestation provisoire et d'extradition de l'ancien petit ami chilien de Narumi Kurosaki avait été envoyée à Santiago du Chili le 25 janvier dernier. Le professeur-assistant de 26 ans est le principal suspect dans l'enquête sur l'assassinat de l'étudiante japonaise de 21 ans, qui a disparu dans la nuit du 4 au 5 décembre à Besançon, où elle étudiait.

Le corps de la jeune Japonaise reste introuvable

Mais la Cour suprême du Chili a annoncé vendredi avoir "rejeté la demande du gouvernement français et refusé le placement en détention provisoire du citoyen chilien", qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Elle a jugé qu'une simple interdiction de sortie du territoire pendant deux mois suffisait, sans donner sa réponse à la demande d'extradition.

Dans son communiqué, l'institution judiciaire souligne "le peu d'informations relatives aux faits punissables et à la participation" du suspect.

Le corps de Narumi Kurosaki, 21 ans, qui étudiait le français à Besançon depuis septembre, reste introuvable, mais la police et la justice françaises sont persuadées de son décès. Le jeune Chilien a regagné son pays natal après la disparition de Narumi qui avait entretenu, par le passé, une relation amoureuse avec lui, avant de le quitter.

A.Mi avec AFP