BFMTV

Incendies en Amazonie: quel impact sur les animaux de la forêt? 

Vue aérienne des feux de forêt qui sévissent en Amazonie, ici dans l'Etat de Rondonia.

Vue aérienne des feux de forêt qui sévissent en Amazonie, ici dans l'Etat de Rondonia. - Victor Moriyama - Greenpeace - AFP

La catastrophe écologique qui touche actuellement l'Amérique du Sud pourrait changer en profondeur l'habitat de centaines d'espèces. Sans compter les animaux qui, trop lents pour échapper aux flammes, périront dans les incendies.

Depuis le début du mois de juillet, l’Amazonie, plus grande forêt terrestre, est en proie à de violents incendies qui ont très largement ému l’opinion publique mondiale. Le week-end passé, les dirigeants réunis pour le G7 en ont d’ailleurs fait un sujet majeur de leur rencontre et ont proposé leur aide au Brésil, l’un des pays les plus touchés par ce sinistre sans précédents.

A bien des égards, la situation est dramatique en Amazonie. Ces incendies, provoqués par des défrichements par brûlis, utilisés pour transformer des aires forestières en zones de culture et d'élevage ou pour nettoyer des zones déjà déforestées, se sont multipliés cette année. Dans les États brésiliens concernés, dont le Mato Grosso, ont été dénombrés 13.682 départs de feu depuis début janvier, soit une hausse de 87% par rapport à toute l'année 2018.

"Gagnants et perdants"

Outre son impact écologique direct, la situation est dramatique pour la faune et la flore locales. "En Amazonie, rien n’est adapté pour les incendies", confie auprès de National Geographic William Magnusson, un chercheur spécialisé dans la biodiversité, en poste au National Institute of Amazonian Research (INPA) de Manaus, ville située en plein cœur de la forêt.

En ce qui concerne les animaux, Mazeika Sullivan, professeur associé à l’université de l’Ohio, interrogé également par le magazine américain, dresse un tableau pessimiste en ce qui concerne la faune. "Il s’agit d’un coup important porté dans un court terme", commence-t-il. 

"Vous avez immédiatement des gagnants et des perdants, et dans un milieu qui n'est pas adapté aux incendies, vous avez beaucoup plus de perdants que dans d'autres milieux" habitués aux feux, poursuit-il. 

Comme le rapporte CNN, l'Amazonie abrite une espèce sur 10 connues sur Terre, parmi lesquelles plus de 400 sortes de mammifères, 300 de reptiles, 400 d'amphibiens et 3000 espèces de poissons d'eau douce, d'après un décompte du WWF.

Les espèces aquatiques ne sont pas épargnées

Certains animaux semblent plus avantagés que d'autres dans ce type de situation. En guise d'exemple, Mazeika Sullivan estime que les jaguars et les pumas, ainsi que la plupart des oiseaux pourront, de par leur mobilité, réussir à échapper aux flammes. 

En revanche, les animaux plus lents, tels que les paresseux ou les fourmiliers, ainsi que les plus petites espèces comme les grenouilles et les lézards, risquent de subir de plein fouet l'incendie, car trop peu rapides pour quitter les lieux. 

"Certains d'entre eux pourraient également choisir le mauvais arbre pour s'échapper", complète-t-il encore. 

Les dégâts des incendies ne se feront par ailleurs pas ressentir sur les animaux terrestres uniquement. Comme le précise CNN, le feu a une incidence sur la chimie et la température de l'eau qui coule dans les rivières, et les conséquences de ces changements pourraient être très lourdes sur la faune aquatique. Sans compter que là aussi, sans la protection des arbres habituellement présents, le soleil risque de faire augmenter la température de l'eau et de perturber l'environnement des espèces qui y vivent.

Impacts catastrophiques à long terme 

Si les impacts à court terme semblent connus, ceux à long terme pourraient bien être encore plus dévastateurs. En effet, les incendies devraient altérer en profondeur l'écosystème des zones touchées. Selon National Geographic, la canopée amazonienne empêchait jusque-là les rayons du soleil d'atteindre le sol de la forêt, ce n'est désormais plus le cas. Ainsi, la température au sol devrait augmenter et perturber le développement de la vie tel qu'il était auparavant. 

Pour certaines espèces, la migration sera probablement nécessaire pour leur survie. "Des grenouilles vont devoir trouver un autre lieu de vie", ajoute de nouveau Mazeika Sullivan.

Bolsonaro pointé du doigt

Ce changement de milieu impacte en plusieurs points la vie des animaux. C'est le cas du toucan, qui se nourrit exclusivement de fruits uniquement accessibles à lui et ses congénères. Les récents sinistres ont très largement entamé la réserve qui leur était habituellement réservée, mettant en péril l'espèce.

Pour William Magnusson, c'est la répétition des incendies qui est problématique pour la faune et la flore locales. Là, ce dernier pointe directement du doigt le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, qui selon lui "encourage la déforestation" et, par effet de ricochet, provoque ces incendies. 

"Si vous n'avez plus de forêt amazonienne, ce sont 99% des espèces que vous perdez", conclut-il. 
Hugo Septier