BFMTV

Ukraine: le président Petro Porochenko annonce la fin de la loi martiale

Le président ukrainien Petro Porochenko.

Le président ukrainien Petro Porochenko. - Genya SAVILOV / AFP

Mercredi, le président ukrainien a annoncé la fin de loi martiale.

Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé mercredi la fin de la loi martiale instaurée fin novembre dans plusieurs régions frontalières ukrainiennes à la suite d'une confrontation maritime avec la Russie au large de la péninsule annexée de Crimée.

"Aujourd'hui, à 14h, la loi martiale prend fin", a déclaré Petro Porochenko, au cours d'une rencontre avec des responsables militaires retransmise à la télévision.

Première confrontation militaire ouverte depuis 2014

La Russie a arraisonné manu militari le 25 novembre trois navires de guerre ukrainiens au large de la Crimée et capturé les 24 marins se trouvant à leur bord, les accusant d'avoir pénétré illégalement dans ses eaux territoriales.

Il s'agissait de la première confrontation militaire ouverte entre les deux pays depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014 et le début, la même année, du conflit meurtrier dans l'est de l'Ukraine entre forces gouvernementales et séparatistes prorusses.

Après cette confrontation maritime, Petro Porochenko avait accusé la Russie d'avoir drastiquement renforcé ses effectifs militaires à la frontière entre les deux pays et évoqué la menace d'une "guerre totale".

Loi martiale

Les autorités ukrainiennes avaient alors introduit en réponse la loi martiale pour 30 jours dans les régions frontalières et côtières, dernier épisode en date de la crise sans précédent dans les relations entre les deux voisins.

Ce délai expirait mercredi mais les autorités avaient laissé planer le doute sur leur volonté de prolonger cette mesure controversée qui permet de mobiliser les citoyens, réguler les médias et limiter les rassemblements publics.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, ce que Moscou dément.

B.L. avec AFP