BFMTV

Tensions Ukraine-Russie: Berlin juge "inacceptable" un blocage de la mer d'Azov

Le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas.

Le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas. - THOMAS PETER / POOL / AFP

Lundi, le ministre allemand des Affaires étrangères a affirmé que tout blocage du passage dans la mer d'Azov par la Russie serait "inacceptable".

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a jugé lundi "inacceptable" tout blocage par la Russie du passage dans la mer d'Azov, à la suite des tensions entre Kiev et Moscou à ce sujet près de la Crimée.

"Il est important que le blocage soit levé", a affirmé le ministre sur Twitter en le jugeant "inacceptable" et en appelant la Russie et l'Ukraine à la "désescalade".

Aucune "justification visible"

Les tensions entre l'Ukraine et la Russie autour de la mer d'Azov ont connu une brusque flambée dimanche lorsque Kiev a accusé la Russie d'avoir percuté un navire ukrainien et bloqué l'accès à cette petite mer, située entre la Crimée, annexée en 2014 par Moscou, et l'est de l'Ukraine, théâtre d'une guerre avec les séparatistes prorusses.

La Russie a saisi manu militari trois navires de la marine ukrainienne, lors de cette opération qui a fait des blessés dans le détroit de Kertch marquant l'accès à la mer d'Azov.

Le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert a appelé lundi de son côté à la "remise en liberté" des navires et marins ukrainiens confisqués par la Russie.

Il a estimé devant la presse que l'utilisation "de moyens militaires" par la Russie dans cette affaire soulevait de "graves questions" et jugé qu'il n'y avait aucune "justification visible" pour cela.

Format dit de Normandie

Il a appelé les deux parties à entamer rapidement un dialogue afin de résoudre la crise.

Une réunion prévue de longue date des pays du format dit de Normandie sur l'Ukraine est prévue lundi à Berlin au niveau des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des pays membres. Et un porte-parole du ministère allemand a indiqué que la question serait très certainement abordée à cette occasion.

Le groupe dit Normandie inclut l'Allemagne, la France, la Russie et l'Ukraine et est censé veiller à la bonne mise en place du processus de paix lancé par les accords de Minsk, signés en février 2015 par ces quatre pays.

B.L. avec AFP