BFMTV

Ukraine: des négociations jusqu'au bout de la nuit?

François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko, à Minsk.

François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko, à Minsk. - Mykola Lazarenko - AFP

Décidé au terme d'une semaine d'intenses consultations diplomatiques initiées par le couple franco-allemand, le sommet de Minsk s'est ouvert ce mercredi soir en présence de François Hollande, Angela Merkel, Petro Porochenko et Vladimir Poutine. Objectif: arracher un plan de paix à l'Ukraine et la Russie et mettre fin à dix mois de guerre aux portes de l'Europe.

Eviter que l'escalade de violences en Ukraine n'entraîne le pays dans une guerre avec la Russie. Le sommet de la dernière chance pour l'avenir du pays a débuté ce mercredi soir à Minsk, en Biélorussie, en présence de Vladimir Poutine, François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko, réunis pour négocier un plan de paix durable et mettre fin à dix mois de guerre aux portes de l'Europe.

Un sommet tendu, qui risque de se prolonger jusqu'à tard dans la nuit. Retour sur les principaux temps forts de la soirée.

22h30 - Des négociations jusqu'au bout de la nuit?

Selon les dernières indiscrétions, les négociations actuellement en cours pourraient s'éterniser jusqu'à tard dans la nuit de mercredi à jeudi. Une déclaration commune serait par ailleurs en train d'être rédigée. C'est la fin de cet article live. 

22h15 - Les négociations se déroulent "mieux que super"

C'est en tout cas ce qu'aurait déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères.

22h - Après deux heures d'une réunion élargie, retour à quatre

Les discussions sur l'avenir de l'Est-ukrainien ont débuté depuis maintenant plusieurs heures, sur un format élargi. A 22 heures, heure de Paris, les discussions se déroulent de nouveau à quatre: Hollande, Merkel, Poutine et Porochenko, d'après l'envoyé-spécial de BFMTV.

21h - Discussions à Minsk, la mort à Donetsk

Pendant que les négociations pour la paix en Ukraine se poursuivent à Minsk, capitale de la Biélorussie, les tirs d'artillerie ont continué à Donetsk, à l'est de l'Ukraine. Une ironie que n'ont pas manqué de souligner plusieurs personnes sur twitter, comme la journaliste Birgit Schmeitzner.

20h40 - Un hôpital touché par un bombardement à Donetsk

Un hôpital a été touché par un bombardement mercredi soir dans le centre de Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'Est. Au moins une personne a été tuée.

20h00 - Le sommet de Minsk, "un tournant"

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, voit dans le sommet de Minsk "un tournant, pour le meilleur ou pour le pire". Dans un entretien à l'AFP, elle relève que "si un accord est trouvé, nous ne serons pas au bout des difficultés. Mais si l'issue de la rencontre est négative, alors toutes les options, tous les développements que chacun peut imaginer seront possibles et certaines de ces perspectives sont inquiétantes".

19h35 - La poignée de mains Poutine - Porochenko

Le site anglophone Russia Today a pu filmer la brève poignée de mains entre les deux chefs d'Etats. 

19h20 - L'ambassadeur de Russie en France "optimiste"

"Si les chefs d'Etat se déplacent à Minsk, c'est qu'il y a des raisons d'espérer" une issue positive à ce sommet, estime Alexandre Orlov, l'ambassadeur de Russie à Paris, sur BFMTV. Pour lui, "le problème c'est que nos partenaires ukrainiens n'ont jamais tenu parole. Ils n'ont jamais arrêté les tirs d'artillerie sur Donetsk", déplore-t-il.

18h50 - Poutine et Porochenko se sont serré la main

L'information a été communiquée par la télévision russe: visage fermé, les présidents russe et ukrainien se sont brièvement serré la main à l'ouverture du sommet. Un journaliste américain diffuse l'image sur son compte Twitter. 

18h20 - Début du sommet entre Merkel, Hollande, Porochenko et Poutine

Il s'agit pour l'heure d'une rencontre "restreinte" entre François Hollande, Vladimir Poutine, Petro Porochenko et Angela Merkel, qui devraient ensuite poursuivre les négociations en présence de leurs conseillers respectifs dans une salle d'apparat.

"Les discussions sont en cours à Minsk, poste sur Twitter l'envoyé spécial de Mashable, Christopher Miller. Cela a l'air douloureux pour tout le monde":

18h10 - L'UE discutera de nouvelles sanctions contre Moscou en cas d'échec du sommet

L'Union européenne pourrait discuter de nouvelles sanctions économiques contre la Russie si le sommet de Minsk échouait à faire cesser les hostilités dans l'est de l'Ukraine, estiment plusieurs sources à Bruxelles.

17h40 - Poutine arrive au Palais de l'Indépendance, à Minsk

"Dernier arrivé à Minsk, Poutine" est accueilli par son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko dans l'imposant bâtiment post-soviétique du Palais de l'Indépendance, tweetent l'envoyée spéciale du Monde en Biélorussie, Isabelle Mandraud, ou encore Andrey Ostroukh, du Wall Street Journal:

17h10 - Merkel et Hollande accueillis par le président Loukachenko

Angela Merkel et François Hollande, sont accueillis à la résidence présidentielle, le Palais de l'Indépendance, par le président biélorusse Alexandre Loukachenko:

17h05 - Poutine atterrit à Minsk

L'avion du président russe Vladimir Poutine atterrit à l'aéroport de Minsk une heure après ceux des chefs d'Etat allemand, français et ukrainien participant à cette rencontre. "On dirait que toute la bande est arrivée à Minsk, tweete Christopher Miller, le correspondant en Ukraine de Mashable. La nuit va être longue."

17h00 - Rencontre Merkel-Hollande-Porochenko avant les négociations

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel devraient s'entretenir mercredi avec le président ukrainien Petro Porochenko avant le début officiel du sommet à Minsk avec le président russe Vladimir Poutine.

16h10 - Viktor Orban s'invite à Kiev

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui cultive de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine, va se rendre à Kiev vendredi pour y rencontrer le chef d'Etat ukrainien Petro Porochenko, annonce son gouvernement. Le chef du gouvernement hongrois, qui ne cache pas vouloir jouer à la fois la carte de l'UE et celle de la Russie, doit accueillir Vladimir Poutine à Budapest mardi 17 février.

15h53 - Arrivée de Hollande, Merkel et Porochenko à Minsk

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel atterrissent à Minsk, à quelques minutes d'intervalles. Les deux responsables doivent se rendre dans la même voiture vers le palais présidentiel où se tiendra le sommet.

Angela Merkel et François Hollande sur le tarmac, à leur arrivée à Minsk, ce mercredi.
Angela Merkel et François Hollande sur le tarmac, à leur arrivée à Minsk, ce mercredi. © AFP

 L'avion du président ukrainien Petro Porochenko atterrit à Minsk, dix minutes après ses homologues français et allemand. "Il manque encore Poutine", tweete la journaliste Birgit Schmeitzner, depuis le tarmac:

15h20 - Cameron prône la fermeté face à la Russie

Devant le Parlement de Westminster, le Premier ministre britannique David Cameron se montre intransigeant face à la Russie.

"Il importe que sur notre continent européen, on ne récompense pas les agressions et la brutalité avec de l'apaisement, ce serait une erreur", déclare-t-il. C'est pourquoi il est juste de maintenir les sanctions, juste que l'Union européenne et les Américains restent soudés sur cette question, juste de résister au président (russe Vladimir) Poutine".

13h40 - Le Palais de l'indépendance, à Minsk, dans l'effervescence

Jérémy Brossard, envoyé spécial de BFMTV à Minsk, observe les préparatifs au Palais de l'Indépendance à Minsk:

13h20 - L'issue des pourparlers inquiète l'UE

Le sommet de Minsk mercredi sera "un tournant, pour le meilleur ou pour le pire", résume la chèfe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, évoquant "des perspectives inquiétantes" si l'issue de la rencontre était négative.

Le Palais de l'Indépendance, à Minsk, qui accueille ce mercredi soir les pourparlers de paix.
Le Palais de l'Indépendance, à Minsk, qui accueille ce mercredi soir les pourparlers de paix. © AFP

12h00 - La loi martiale en Ukraine en cas d'échec du sommet de Minsk

Avant de s'envoler pour Minsk, le président ukrainien Petro Porochenko affiche sa fermeté en se disant prêt à décréter la loi martiale dans toute l'Ukraine en cas d'échec des pourparlers. Et prévient le Kremlin que François Hollande, Angela Merkel et lui-même lui "parleront d'une seule voix".

"Nous sommes pour la paix mais s'il le faut, nous allons casser la gueule (à l'ennemi). Si nous devons défendre notre terre, nous allons le faire. Malheureusement, nous devons être prêts pour ces deux options", lance le président ukrainien.

11h50 - L'Allemagne affiche son scepticisme

Le sommet représente seulement "une lueur d'espoir" mais son résultat est "incertain", déclare le porte-parole de la chancelière Angela Merkel à Berlin, Steffen Seibert. "Il est incertain qu'un résultat puisse être obtenu", ajoute-t-il, se faisant l'écho des doutes déjà exprimés par la chancelière ces derniers jours.

11h40 - Moscou se dit optimiste

Des "progrès notables" ont eu lieu lors des négociations préalables au sommet de Minsk entre les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand, déclare le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov:

11h30 - Au moins 47 morts ces dernières 24 heures

Les heures précédant le sommet de Minsk sont parmi les plus violentes en dix mois de conflit alors que soldats ukrainiens et rebelles cherchent à grignoter le plus de terrain possible pour arriver

11h00 - Les étapes clés de dix mois de conflit

Tout a commencé le 21 novembre 2013 lorsque le pouvoir en place suspend son association avec l’Union européenne. D'importantes manifestations de colère des pro-européens s'en sont suivent. Le 22 février 2014, le président Ianoukovitch est destitué. Le pays bascule ensuite dans une guerre civile entre pro-russes et pro-ukrainiens. Le point sur les étapes clés du conflit avec Benjamin Dubois:

l'essentiel

● Le sommet de la dernière chance. Vladimir Poutine, François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko sont arrivés, ce mercredi, à Minsk, en Biélorussie, pour négocier un plan de paix durable entre l'Ukraine et les sécessionnistes de l'Est.

Fermeté. En cas d'échec des pourparlers, a prévenu le président ukrainien Porochenko, se dit prêt à décréter la loi martiale dans tout le pays.

Les violences s'intensifient. Au total, au moins 47 civils, soldats et combattants rebelles ont péri ces dernières 24 heures dans des combats et bombardements.

C. P., A. K. & Jé. M.