BFMTV

Ukraine: Porochenko menace de recourir à la loi martiale en cas d'échec du sommet de Minsk

Petro Porochenko le 11 février 2015 lors d'un Conseil des ministres à Kiev.

Petro Porochenko le 11 février 2015 lors d'un Conseil des ministres à Kiev. - Mykola Lazarenko - AFP

Les mots se durcissent à quelques heures du sommet de Minsk. Pour la première fois, le président ukrainien se dit prêt à "introduire la loi martiale sur tout le territoire ukrainien" en cas d'échec du sommet qui se tient mercredi.

Petro Porochenko hausse le ton. Le président ukrainien se dit prêt mercredi à "introduire la loi martiale sur tout le territoire ukrainien" si le sommet de paix de Minsk devait échouer. Cette réunion de la dernière chance réunit mercredi soir Vladimir Poutine, François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko pour négocier un plan de paix durable et mettre fin à 10 mois de guerre aux portes de l'Europe.

"Tout dépendra du résultat du sommet: soit nous arrivons à arrêter l'agresseur par la voie diplomatique, soit ce sera un tout autre régime. Moi-même, le gouvernement et le Parlement sommes prêts à introduire la loi martiale sur tout le territoire ukrainien (...) en cas d'escalade du conflit", a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil des ministres, quelques heures avant de retrouver à Minsk les dirigeants russe, allemand et français.

Couvre-feu et censure

C'est la première fois que le gouvernement ukrainien évoque la possibilité d'introduire la loi martiale pour tout le pays. Celle-ci autorise l'instauration d'un couvre-feu, la censure, des limitations de la liberté de circulation ou l'interdiction d'ONG ou de partis politiques "dont l'activité menace la souveraineté du pays".

Les autorités pro-occidentales ont été jusqu'à présent réticentes à utiliser cette option, qui pourrait provoquer l'arrêt des crédits ou d'investissements étrangers cruciaux pour l'Ukraine, y compris de la part du Fonds monétaire international, alors que le pays risque le défaut de paiement.

"Nous sommes pour la paix mais s'il le faut, nous allons casser la gueule (à l'ennemi). Si nous devons défendre notre terre, nous allons le faire. Malheureusement, nous devons être prêts pour ces deux options", a lancé le président ukrainien.

"Une seule voix" s'exprimera à Minsk

Petro Porochenko a également affirmé que Kiev, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel parleraient "d'une seule voix" à Minsk pour réclamer un cessez-le-feu inconditionnel. "Je vous assure que l'Ukraine et l'Union européenne auront une position commune lors du sommet de Minsk et parleront d'une seule voix", a-t-il assuré. "La priorité est un cessez-le-feu sans conditions préalables", a ajouté le président.

Selon une source au sein de la présidence française, les négociations à Minsk entre diplomates mandatés par les quatre dirigeants sont "difficiles". Les négociateurs sont arrivés à un "document" mais "il y a encore pas mal de problèmes à régler". Au lendemain des rencontres de Minsk, Petro Porochenko devrait rendre compte des négociations lors d'un sommet européen à Bruxelles.

A. K. avec AFP