BFMTV
Europe

"Tu te racontes des histoires": ce que se sont dit Macron et Poutine lors de leur échange téléphonique

Les deux chefs d'États se sont entretenus 1h30 au téléphone ce jeudi, à l'initiative du président russe, à propos de la guerre en Ukraine. La conversation a été particulièrement tendue.

Ce jeudi, au 8ème jour de la guerre en Ukraine et à l'initiative de Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a de nouveau échangé avec son homologue russe à l'occasion d'une conversation téléphonique. Sa durée - 1h30 - n'aura cependant pas permis de désamorcer le conflit qui se joue actuellement. Le président de la République s'est dit "pessimiste" après son échange avec Poutine, indiquant que l'ambition de ce dernier était de contrôler la totalité de l'Ukraine. "Les buts de guerre de Vladimir Poutine n'ont pas changé", a fait savoir l'Élysée à l'issue de l'entretien.

"Tu commets une erreur grave"

Le chef de l'État a bien tenté de faire flancher le maître du Kremlin, essayant tant bien que mal de le ramener à la réalité, lui qui a confié sa volonté de "dénazifier" l'Ukraine, pays dirigé par un président de confession juive.

D'après les informations transmises par l'Élysée à BFMTV, Emmanuel Macron, qui tutoie Vladimir Poutine, lui a ainsi déclaré: "Tu commets une grave erreur: l’Ukraine n’est pas un régime nazi, c’est un mensonge".

Emmanuel Macron en "appel international" le 3 mars 2022
Emmanuel Macron en "appel international" le 3 mars 2022 © Instagram Soazig de la Moissonière
"Tu te racontes des histoires. (...) Les conditions russes sont inacceptables", a aussi déclaré Emmanuel Macron à Vladimir Poutine.

"Le président de la République a invité le Président Poutine à ne pas se mentir à lui-même", rajoute l'Élysée.

Craintes concernant le sort des civils

Une fermeté qui n'a pas empêché Emmanuel Macron de laisser la voie ouverte au dialogue. "Si Vladimir Poutine décide de faire autrement, une autre voie est possible", souligne la présidence de la République.

Sur le front ukrainien, les victimes civiles continuent de s'accumuler. Ce jeudi, le gouverneur de la région ukrainienne dans laquelle est située la ville de Tcherniguiv a rapporté que 22 personnes avaient été tuées dans une frappe russe sur deux écoles et des habitations.

Emmanuel Macron a ainsi indiqué à son homologue russe sa préoccupation quant au sort réservé aux civils ukrainiens, et sur le nombre de victimes que pourront engendrer les prochaines opérations russes en Ukraine.

"Les opérations se déroulent selon le plan"

Des accusations balayées par Vladimir Poutine.

"Des crimes de guerre sont commis par les Ukrainiens, qui utilisent des snipers et des boucliers humains", a déclaré le président russe, rappelant que "l'objectif reste la dénazification, la neutralisation et la démilitarisation de l’Ukraine". Puis d'ajouter: "les opérations se déroulent selon le plan".

Pour le président russe, "la Russie n’a pas bombardé Kiev. La tour de télévision était un tir ciblé qui n’a pas fait de victime". Le dernier bilan ukrainien concernant cette attaque fait néanmoins état de cinq morts.

Face aux propos du président russe, "l'intuition du Président de la République est que le pire est à venir, compte tenu de ce qu’a dit Vladimir Poutine au Président de la République", met en garde l'Élysée. "Vladimir Poutine est déterminé à poursuivre son opération jusqu’au bout", prévient-on de même source. "Nous allons durcir les sanctions afin de faire changer le calcul de Vladimir Poutine et des gens de son entourage", ajoute enfin la présidence.

Agathe Lambret et Patrick Sauce, avec Jules Fresard