BFMTV

Suède: des voleurs s'emparent de joyaux de la couronne et s'échappent en bateau

Les voleurs se sont emparés de deux couronnes et d'un orbe.

Les voleurs se sont emparés de deux couronnes et d'un orbe. - Police suédoise

Au moins deux hommes ont volé deux couronnes et un orbe ayant appartenu à des monarques suédois du XVIe siècle.

Le magot, le cambriolage, la précision, la fuite rocambolesque et la poursuite. L'incident a tout d'une scène de film, mais s'est pourtant bien déroulé mardi à Stockholm. Aux environs de midi, au moins deux hommes ont pénétré dans la cathédrale de Strängnäs, à l'ouest de la capitale suédoise, rapporte le Guardian. Ils se sont emparés de deux couronnes et d'un orbe (un globe avec une croix), ornés de perles et de pierres précieuses, provenant de la sépulture de Charles IX et Christine de Suède.

Un témoin cité par la chaîne suédoise Aftonbladet raconte avoir vu deux hommes sortir en courant de l'édifice, sauter dans un petit bateau et s'enfuir avec leur précieux butin.

"Nous avons contacté la police et ils nous ont dit que quelque chose avait été volé dans la cathédrale. J'ai tout de suite deviné que c'étaient des cambrioleurs, à leur attitude", a-t-il déclaré dans des propos traduits par le quotidien britannique.

"Les objets [...] étaient entreposés conformément aux règles de sécurité en vigueur", dans une vitrine verrouillée dotée d'une alarme, ont précisé les responsables de la cathédrale dans un communiqué relayé par l'AFP. 

Des joyaux "d'une valeur inestimable"

La police s'est immédiatement lancée à leurs trousses "sur terre, sur l'eau et dans les airs", a assuré un porte-parole des forces de l'ordre. "Toute personne qui aurait vu le bateau ou détiendrait des informations est priée de (nous) contacter", a-t-il ajouté dans un communiqué. Le bateau est décrit comme "petit", "ouvert", mais d'une couleur à définir en raison des témoignages contradictoires.

"Ces objets, d'une valeur inestimable, ont un intérêt national. Une personne de l'administration du comté m'a dit qu'il était impossible de leur attribuer une valeur économique", a précisé le porte-parole de la police.

"Il est simplement impossible de vendre de tels objets, on peut donc seulement s'interroger sur leurs intentions et sur leurs connaissances concernant ces couronnes", s'est inquiétée auprès de l'AFP Maria Ellior, policière et coordinatrice nationale des crimes culturels et patrimoniaux. 

Ce mercredi matin, ni les joyaux ni les voleurs avaient été retrouvés.

Liv Audigane