BFMTV

Migrants: Londres préconise des sites "d'accueil sécurisés en Afrique du Nord"

Plus de 3.400 migrants ont été sauvés en Méditerranée samedi.

Plus de 3.400 migrants ont été sauvés en Méditerranée samedi. - Guardia Costera - AFP

En pleine crise des migrants en Méditerranée, la Commission européenne détaille ce mercredi ses propositions en matière d'immigration. Les mesures avancées, quotas d'accueil en tête, sont loin de faire l'unanimité au sein des pays membres.

La Commission européenne va officialiser ce mercredi son plan d'action pour faire face à la vague croissante d'arrivées de migrants en Europe par la traversée de la Méditerranée. En point d'orgue de ces propositions de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, l'instauration de quotas obligatoires pour répartir entre les pays européens la prise en charge des arrivants pouvant bénéficier d'un statut de réfugié. 

Le principe des quotas, réclamé par l'Italie, est soutenu par l'Allemagne et la France. Mais pas par la Grande-Bretagne qui en outre ne participe pas à la législation sur l'asile et l'immigration. Et le nouveau gouvernement de David Cameron semble même vouloir user de la manière forte, selon les mesures détaillées par Theresa May, reconduite au ministère de l'Intérieur, dans une tribune au Times

Pour la ministre, dont le parti conservateur a fait campagne massivement sur l'immigration, cette mesure des quotas ne pourra qu'encourager à effectuer ces traversées dangereuses.

"L'UE devrait travailler à établir des sites d'accueil sécurisés en Afrique du Nord, avec un programme actif de retours", estime Theresa May.

Dans le détail, obligation de solidarité pour l'accueil des réfugiés, ouverture à l'immigration économique ou retour forcés pour les illégaux font partie du plan d'action de la Commission européenne pour tenter de stopper le trafic de migrants.

"Normal que chacun prenne sa part" pour Cazeneuve

"Je suis en désaccord avec la suggestion" de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, selon laquelle "pas un seul réfugié ou migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré". "Une telle approche ne peut que favoriser la traversée de la Méditerranée et encourager plus de personnes à mettre leur vie en péril", a ajouté Theresa May.

"Il est normal qu'il y ait une répartition", avait jugé lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, interrogé par RTL sur le sujet. D'ailleurs, "ces propositions (dont on connaîtra le détail mercredi) s'inspirent d'une partie des propositions de la France" puisqu'il affirme que la France avait formulé cette proposition de quotas "au mois d'août".

L'opération militaire ne fait pas l'unanimité

Les autorités européennes tentent de répondre au problème des dizaines de milliers de migrants qui se lancent chaque année dans la traversée depuis les côtes africaines. La prise en charge des réfugiés venus de pays tiers se fait pour l'instant sur une base volontaire.

Quelque 1.800 personnes sont mortes dans des naufrages depuis le début de l'année, selon l'Organisation internationale des migrations. L'Europe souhaite notamment mettre en place une opération militaire, controversée.

S.A. avec AFP