BFMTV

Espagne : Rajoy garde sa majorité en Galice

-

- - -

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy garde sa majorité en Galice. La percée des indépendantiste au Pays basque est confirmée.

La droite du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy garde la majorité absolue en Galice tandis que les indépendantistes confirment leur percée attendue au Pays basque, selon des sondages effectués dimanche à la sortie des bureaux de vote dans les deux régions.

Ce double scrutin régional constituait un test pour Mariano Rajoy, fragilisé par la crise économique et par la montée du nationalisme au Pays basque, où la gauche indépendantiste arrive deuxième, comme en Catalogne.

Un an après l'annonce de la fin des violences de l'ETA

Au Pays basque, les nationalistes conservateurs du PNV arrivent en tête avec 24 à 27 sièges sur 75, les indépendantistes de EH Bildu remportent 23 à 26 sièges, devant les socialistes (13 à 15) et le Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy (9 à 11), selon un sondage Ipsos.

Le vote se déroulait un an après l'annonce historique par le groupe armé basque ETA qu'il mettait fin définitivement à la violence, le 20 octobre 2011.

En Galice, la région natale de Mariano Rajoy, le PP remporte 39 à 42 députés sur 75, soit plus que la majorité absolue de 38 sièges qu'il détient actuellement, devant les socialistes (18 à 20), selon un autre sondage Ipsos.

Un chômage à 21%

Le scrutin était risqué pour Mariano Rajoy dans cette région de 2,8 millions d'habitants traditionnellement conservatrice, mais où la crise fait des ravages, avec un chômage qui atteint désormais 21% de la population active.

 Car au moment où l'Espagne semble se diriger vers une demande de sauvetage financier, dans un climat social alourdi par le chômage et par une cure d'austérité historique, c'est bien le thème de l'économie qui était au centre de ces élections.

 Dans ce contexte, le vote galicien menaçait de se transformer en référendum sur la politique de rigueur que mène le gouvernement.

 C'est d'ailleurs ce que semblaient craindre les responsables locaux, dont l'un des fidèles de Mariano Rajoy, l'actuel président de région Alberto Nuñez Feijoo, qui, pendant la campagne, ont pris garde de se distancer du chef du gouvernement.