BFMTV

Portrait de Bart de Wever, nouvel homme fort de Belgique

-

- - -

Les indépendantistes flamands sont sortis grands gagnants des élections municipales dimanche en Belgique. Retour sur le parcours du chef de fil du N-VA Bart de Wever.

Populiste, fin stratège et homme de communication, Bart De Wever, est bien placé pour diriger Anvers après son succès dimanche aux municipales belges. Il incarne, face aux francophones, un indépendantisme flamand intransigeant qui aspire ouvertement à voir "s'évaporer" le royaume.

Pour gagner les élections, il a mis toutes les chances de son côté. En un an, le leader de la N-VA a notamment perdu sa bonhomie apparente en se soumettant à un régime drastique qui a fasciné une bonne part de l'opinion flamande. Pour cet Anversois de bientôt 42 ans, père de quatre enfants, c'en est terminé des frites et des gaufres. Entre novembre 2011 et juillet 2012, il a perdu 60 kilos, passant de 142 à 82 kilos.

Bart De Wever pèse toutefois plus que jamais sur l'avenir de la Belgique, à l'issue de ces municipales, dont il avait fait un référendum en Flandre sur la politique du gouvernement fédéral du socialiste Elio Di Rupo.

Jeux télévisés

Arrivé sur le devant de la scène politique il y a sept ans à peine, il s'est fait connaître en participant à des jeux télévisés, tout en tenant un discours intransigeant vis-à-vis des francophones. Bart de Wever ne fait pas de la politique comme les autres.

Il est sur une ligne de rupture qui le rapproche de plus en plus clairement du populisme. "Il n'emploie pas le discours technique, policé, complexe, classique des responsables politiques", soulignait récemment le politologue Vincent de Coorebyter.

"Evaporation" de la Belgique

"Il a un langage plus direct, qui traduit brutalement ce que le Flamand moyen est censé penser tout bas et que lui dit tout haut", ajoutait l'analyste.

La Nouvelle alliance flamande, son parti, est passé de 3% en 2003 à 28% aux élections législatives de 2010.

Au lendemain de ce scrutin, la formation d'un gouvernement belge avait été suspendue durant plus d'un an aux positions de ce partisan d'une "évaporation" de la Belgique et de l'émancipation de la Flandre, qu'il imagine en Etat membre de l'Union européenne à part entière.

Vidéo : Julien-Migaud Muller

BFMTV avec AFP